Mancora

15 mai 2008 at 23 h 25 min

Mancora, à deux pas de la frontière équatorienne. Spot de surf réputé où nous avons décidé de passer nos deux dernières semaines avant de rentrer à Lima. A la descente du bus nous croisons Yurg, un suisse qui a construit un hôtel avec Paty sa femme péruvienne : le »Kon Tiki ». Ils nous disent qu’ils ont des bungalows sur la colline et qu’en attendant l’ouverture officielle ils peuvent nous faire un prix pour 15 jours. Nous allons donc voir de quoi cela à l’air…et bien c’est plutôt pas mal pour 5 euros par jour à deux…

Nous sympathisons très vite, ils nous prêtent leur cuisine et surtout leur frigo. Un petit tour au marché pour acheter du poisson frais et quelques caisses de bière et nous voila préparer psychologiquement à affronter des jours difficiles. La bonne nouvelle est qu’il y a des vagues et que louer un body est abordable. Forcement les palmes sont trop petites pour moi mais bon, je m’en doutais. Ça fait plaisir de retrouver des sensations sur les vagues mais après une petite heure de bonheur c’est la crampe horrible au mollet, il me faut alors rentrer sur la plage. Une fois sorti, je remarque que mon tibia saigne, je vais alors me rincer la jambe dans l’eau et c’est là qu’une grosse vague arrive au bord, me retourne et m’envoie l’épaule la première sur le sable, épaule déboîté…Black day… Ça suffit pour la journée, je prends cela avec philosophie car il me reste un membre intact, je commande donc une bière sous le parasol pour rentabiliser mon bras gauche. Heureusement que le scorpion qui se trimballe dans la chambre ne m’a pas piqué c’eût était la cerise sur le gâteau!!

Le pire ici c’est le coucher de soleil, l’idée qu’il va falloir encore en supporter une demi douzaine nous fait broyer du noir. Dur dur….

¿C’est Pérou qu’on grimpe?

5 mai 2008 at 20 h 35 min

Huaraz, capitale de l’andisme est située au pied de la Cordillere Blanche qui doit son nom à ses neiges éternelles. Elle est la cordillère tropicale la plus haute du monde et l’un des massifs montagneux les plus connus des spécialistes. Elle possède le sommet le plus élevé du pays, le Huascaran (6769m), et parmi ses 300 montagnes, 35 dépassent les 6000 mètres. Cet endroit des Andes est d’une beauté tout à fait exceptionnelle.

Nous dormons à Caraz (2200 m) à 70 km au nord de Huaraz, plus tranquille que cette dernière. La fin du voyage étant proche et les comptes bancaires de certain proche du néant total, les excursions et autre ascensions avec guide coûtant en moyenne une centaine de dollars sont impossibles. Une seule question nous vient alors à l’esprit : »C’est Pérou qu’on grimpe? »

Nous partons donc à pied du village en direction de la cordillère avec des sacs légers pour un raid d´une journée. L’objectif est d’aller le plus haut , le plus rapidement possible pour avoir une vue dégagée sur les sommets et de redescendre avant la nuit.

Nous passons la première barrière de montagne à 3500m et tombons nez a nez avec le Huascaran 6769 m, point culminant du Pérou, sorte de Mont-Blanc rehaussé de deux mille mètres, une petite pensée pour Antoine qui a vaincu le sommet. Pour la vallée, le Huascaran est aussi un grand danger, lors du tremblement de terre de 1970, plusieurs millions de mètres cubes de roches et de glaces se détachèrent du sommet nord et se précipitèrent vers le rio Santa, quatre mille mètres plus bas. Il en résulta un fleuve de boue qui submergea à 300 km/h la ville de Yungay et parvint au cañon del Plato, 65 km en aval. On estime a 80 000 le nombre des victimes dans la vallée.

A gauche du Huascaran se trouve le Huandoy (6395) plus élancé. Tous ces sommets nous laissent rêveurs, la prochaine fois nous ne ferons pas que les regarder…

Il nous faut quitter la Cordillère de Andes pour de bon afin de rejoindre le sable chaud de Mancora, notre dernière destination.

Canyon De Colca

29 avril 2008 at 1 h 21 min

Situé à quelque heures d’Arequipa, le canyon de Colca (3200 mètres de profondeur) est classé comme le deuxième plus profond du monde.

Nous partons d’Arequipa à minuit pour rejoindre le canyon. Une fois sur place, nous nous engageons dans un trek de deux jours en compagnie de Harri et Valerio notre pseudo guide ( je dis pseudo car nous n’avons eu aucune information sur les environ!! ) pour descendre dans le canyon y découvrir les différents villages et un paysage étonnant.

1er jour nous partons de Cabanaconde pour un peu de plat, un peu de montée, mais énormément de descente! 1500 mètres de dénivellation, super escarpe, assez périlleux car glissant, vue plongeante sur le vide en dessous (très peu recommandé aux personnes sujettes au vertige..).

En partant de Cabanaconde le guide nous a dis qu’il nous faudrait bien 7 heures pour descendre à l’oasis pour dormir mais il ne nous a pas convaincu. En forme olympique après l’ascension du Huayna Potosi, nous y étions tout les deux 5 heures après par congtre notre pauvre Harri y a laissé ses jambes, on l’attendais donc patiemment dans la piscine une bière bien mérité a la main.

2eme jour: réveille à 3 heures et demi pour l’ascension du canyon. Nous partons de nuit pour éviter la chaleur et pour ne pas raté l’envol des condors qui a lieu un peu plus loin. Il faut normalement 3 heures pour le grimper mais on c’est fait plaisir en grimpant les 1200 mètres de dénivelé en 2 heures.

Arrives à Cabanaconde juste le temps d’avaler le ptit dèj et nous sautons dans un bus pour la croix du condor. Cette croix porte effectivement bien son nom, nous y avons vue durant une vingtaine de minutes des condors de 2 mètres 50 d’envergures profiter de l’air chaud pour remonter le canyon. Ils passaient certaine fois a seulement quelques mètres de nos têtes. Un spectacle grandiose!!

Lors le trajet retour, nous pouvons apprécier un paysage époustouflant, un millier d’hectares de terrasses andines, harmonieusement dessinées et sculptées dans la montagnes par les indiens Colluhuas, une civilisation 1000 ans plus ancienne que celle des Incas.