Cordillere Royale.

29 mars 2008 at 23 h 29 min

Andres nous emmène à Tuni, son hameau familial, départ de notre trek. Avant de monter la vallée du Condoriri, nous mangeons au bord du lac de Tuni tout en regardant le Huayna au loin. Les sacs sont lourds et la montée de la vallée est difficile car à cette altitude, il y a deux fois moins d’air qu’au niveau de la mer. Nous campons à la Laguna Chiar Quta à 4700m au pied du Condoriri ( 5648 m). Difficile de trouver l’appétit et le sommeil a cette hauteur.

Au petit déjeuné il nous faut passer le col de Aguja Negra à 5016 m. Le départ du col très abrupte, nous oblige à faire une pose de trente secondes quasi tous les dix mètres!! En haut du col, le Huayna nous sourit au milieu de ses nuages.

Lors de la descente vers Tuni nous réalisons que le trajet menant au camp de base est trop long et que l’on risques d’être épuisé avant l’ascension. En effet c’est notre premier trek à cette altitude et nous comprenons alors tous l’intéret d’avoir des mules car les sacs sont de véritable fardeaux. Il nous faut donc trouver un transport. Après un essai infructueux auprès de mineurs à moto nous montons le camp. La nuit est froide, notre thermomètre indique -6 dans la tente…

Le lendemain, nous rencontrons Jaime, le frère d’Andres lui aussi guide de montagne. Avant de monter dans sa jeep, nous assistons à la découpe d’un lama par sa femme et son fils…âme sensible s’abstenir.

Forcement, le trajet et beaucoup plus facile en voiture bien que la route soit complètement défoncer et bordée de ravin qui donne le vertige.

Nous voila au camp de base à 4800m. Nous partons en reconnaissance vers le camp haut à 5200m. Sans les sacs c’est un vrai bonheur de monter et nous sommes bien acclimatés. Au départ dans les nuages, le ciel se découvre peut a peut laissant apparaitre le glacier, les vallées environnantes puis le sommet du Huayna Potosi. La nuit arrive, nous rentrons au refuge.

Un orage s’abat sur la montagne pendant la nuit, il y a tellement d’électricité dans l’air que mon duvet fait des étincelles!!! La neige tombe toute la nuit et cela n’est pas une bonne nouvelle. Le soleil se lève et il neige encore, un groupe qui avait tenté l’ascension la veille nous raconte qu’au milieu des éclaires et du blizzard, leur piolets faisaient des étincelles et éclairaient plus que leur lampes. Le temps ne s’arrange pas, nous devons donc reporter l’ascension mi avril…

Dimanche nous partons pour Rurenabaque en Amazonie, anaconda, pirogue et pêche au pirania au programme.