D’une capitale à une autre.

15 avril 2013 at 5 h 58 min

Phnom Penh.

Un petit point d’histoire:

« Les Khmers rouges ont pris le pouvoir au terme de plusieurs années de guerre civile. Entre 1975 et 1979, période durant laquelle ils dirigèrent le Cambodge, leur organisation à mis en place une dictature d’une extrême violence chargée, dans un cadre autarcique, de créer une société communiste sans classes, purgée de l’influence capitaliste et coloniale occidentale ainsi que de la religion. Le régime khmer rouge dirigé par Pol-Pot a causé la mort de plusieurs centaines de milliers de Cambodgiens, selon les estimations minimales.  Le Programme d’Étude sur le génocide cambodgien de l’université Yale évalue le nombre de victimes à environ 1,7 million, soit plus de 20 % de la population de l’époque. Chassés du pouvoir au début de 1979 par l’invasion vietnamienne du Cambodge, les Khmers rouges mènent ensuite une nouvelle guérilla, jusqu’à leur disparition à la fin des années 1990. »

A la fin des années 70, au plus fort de la révolution des Khmers Rouge, la ville a été vidée de ses habitants pour ne compter plus que 50000 personnes. Aujourd’hui, lorsque que l’on parcourt cette ville de 2 millions d’habitants les horreurs sont cantonnées aux musées, et il est très difficile d’imaginer ses gens si calmes et souriants se livrer à de telles horreursLe réseau de bus cambodgien étant centralisé sur la capitale, on sera passé en tout 5 fois à Phnom Penh que l’on commence à bien connaître. Une fois n’est pas coutume on aura visité musées,  pagodes, palais et marchés!

………………………………………………………

………………………………………………………………

 

 ……………………………………………………………….

Bangkok.

Une info pratique pour les voyageurs: nous quittons le Cambodge par avion, ainsi nous arrivons en Thaïlande avec un mois de visas. Car les frontières terrestres délivrent seulement un visa de 15 jours.

………………………………………………………..

……………………………………………………………

Nous sommes donc de retour dans  la capitale Thaïlandaise, et quelle ville! Entre les rues étroites de Chinatown, les immenses centres commerciaux du quartier de Siam, le quartier chaud de Sukumvit, les bars de Kao San Road, les charmants canaux qui sillonnent la ville et les multiples quartiers des affaires. Bangkok est à l’image de la Thaïlande: très contrastée. Bangkok est aussi un paradis culinaire, il faudrait y vivre des années pour tout goûter!

Ça y est, nous avons terminé cette boucle en Asie du Sud Est, maintenant nous mettons le cap au sud, nous allons voyager d’île en île sur la mer d’Andaman et on peut déjà vous dire qu’on en a pris plein les yeux!

………………………………………………………

……………………………………………………………