Flores: Kelimutu et Kanawa.

16 juin 2013 at 9 h 16 min

Le volcan Kelimutu. 

C’est à contre cœur que l’on dit au revoir à Stanislas et à sa famille. Traverser l’ile de Flores par la route, eh ben ce n’est pas de la tarte. La Flores Highway doit être une des routes les plus tortueuses du monde. Notre première étape se fait au village de Moni au pied du volcan Kelimutu. Aller, c’est samedi, c’est permis ! On retombe dans nos travers à 15h on abuse carrément de l’alcool de palm, à 16h on ne répond plus de rien et à 19h on dort profondément. Aie aie aie, levés à 4h du matin pour l’ascension de notre dernier volcan d’Indonésie, malgré tout ce sera la plus facile. Et pour cause, on loue une Motobike pour se rendre au parking situé à 5 minutes à pied des cratères. Les trois  lacs du Kelimutu ont la particularité d’avoir chacun une couleur différente. Le plus éloigné et aussi le moins actif garde sa couleur noire alors que les deux autres, côte à côte varient du rouge au turquoise selon l’humeur du volcan.

Au parking, on sent déjà des picotements au niveau des yeux et de la gorge, plus on s’approche plus ça devient intenable, rien à voir avec les fumeroles que l’on avait respirées précédemment. Ici le gaz est invisible, n’a pas d’odeur et il est bien plus corrosif, ce n’est pas très rassurant. Mais une fois bien à l’ abri, le vent dans le dos, sur le point de vue aménagé il n’y a plus de problème et on a plus qu’a regarder le soleil se lever. Deux jours après on apprendra que le cratère est ferme au public à cause d’une hausse de l’activité…

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………….

 

Nous récupérons nos sacs à Moni et continuons notre route vers l’Ouest, on se fait prendre en stop pour Ende, deux heures de route pour faire 50 km, c’est le tarif sur la Flores highway !! Les missionnaires portugais ayant bien fait leur travail, Flores est une ile à dominance catholique, d’où la présence de l’église non pardon de la cathédrale d’Ende!

………………………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………….

 Le temps devient franchement mauvais et contrarie nos projets, on décide de continuer la route. Nouvelle étape à Bajawa, ville d’altitude, le temps est encore pourri. Non mais rendez vous compte, il fait tout juste 20 degrés avec en prime de la pluie et du vent, c’est tout bonnement insupportable! Comme nous le disait Stanislas à Wodong: il n’y a plus de saison. La matinée brumeuse, nous décide à en finir avec cette route de malheur.

L’ile de Kanawa.

Une fois revenus à l extrême-ouest de Flores, sur les conseils de Yan et Norma (le couple d’Australien qui nous avait embarqués  sur leur voilier en Thaïlande) nous partons pour Kanawa.

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………….

De Labuanbajo une navette gratuite vous emmène sur cette ile de rêve, seul un resort et son club de plongée occupe ce petit bout de terre. Nous jetons la tente au camping et nous empressons de prendre le masque et le tuba pour aller voir les coraux qui apparemment sont exceptionnelles.  Et effectivement le snorkelling à Kanawa, waowh !!!, C’est vraiment ce qu’on a vu de plus beau.

 Au sud de l’ile une longue plage remplit de coraux durs et de coraux mous de toutes les formes et de toutes les couleurs, sans compter les poissons qui sont tous aussi nombreux et différents les uns des autres. Au nord ouest de l’ile une zone de mangrove,  au petit matin et à marée haute nous décidons de nous y aventurer, on nous a dit qu’on pouvait y voir des requins (…de récifs, inoffensifs). Les premières minutes ne sont pas rassurantes dans  la mangrove (on a vu un gros serpent), l’obscurité et toutes ces racines qui s’entremêlent, créent une ambiance particulière. Mais au fur et  à mesure la crainte disparait, l’endroit est magique, des milliers de petits poissons bleux se laissent porter par le mouvement de l’eau à travers les racines, les rayons du soleil passent à travers les arbres et plongent vers cet entremêla de bois, cela donne une luminosité et une visibilité démente…

……………………………………………………………………………….

………………………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………….

En s’avançant dans la mangrove, on tombe nez a nez avec un Lion-Fish, on reste l’observer plusieurs minutes (mais pas trop prêt car il est dangereux). Nous apercevons des petits requins au loin et furtivement, puis nous débouchons sur une clairière aquatique au milieu des arbres. C’est une zone de 20 m2 avec à peine 1m de profondeur, on se cale dans un coin sans bouger  et nous assistons au va et viens d’une quinzaine de baby-shark, c’est carrément une nurserie! Certains s’approchent tout prés,   particulièrement celui qui se trimbale avec ces deux potes poissons. Heureusement ou malheureusement (ça dépend pour qui :)) nous ne verrons pas les parents!

……………………………………………………………………………….

………………………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………….

Le 3e jours nous retrouvons Léa et Matthieu, nos deux bretons rencontrés au Gili que nous avions prévu de retrouver ici, avant de faire le retour à Lombok en bateau ensemble. En arrivant ils nous présentent Tezar et Gabi un couple de Jakarta. Nous passerons les 2 jours suivants tous les 6, snorkelling, saut de la jetée, observation des petits requins, tortue, poulpe, apéro, coucher de soleil… bref, la belle vie… Après 5 jours sur cette ile de rêve nous partons à contrecœur.  Mais ce qui nous attend est tout aussi bien, voir mieux…

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………….