Le Vietnam c’est complètement dengue!

15 mars 2013 at 11 h 12 min

Tout a commencé le 1er février par 17h de bus passés sur des sièges rembourrés avec du bois ! Une première ! Pour la petite histoire, le trajet était censé durer 14h (mais en Asie, il faut toujours rajouter 1 ou 2 heures pour se rapprocher de la vérité). A la gare de bus et dans la précipitation nous n’avons pas eu d’autres choix que de tomber dans l’arnaque qui s’offrait à nous : au lieu du bus confortable pour lequel nous avions payé, c’est un vieux bus bon pour la casse qui se présente devant nous…il est en train de partir et ne va pas attendre que l’on aille demander des explications à l’agence, qui n’est pas tout près. Pressés par le temps car nos visas arrivent à expiration le jour même, nous sommes obligés de monter dans le bourrier, dans le doute qu’il n’y en ait pas d’autre.  Nous vous passons les détails mais c’était de très longues heures J.

Nous passons un petit col puis le poste-frontière et d’un coup, on troque les routes dessertes bordées de rizières asséchées pour des routes bondées et des paysages verts. La différence de population est de 7 millions de Laotiens contre 90 millions de Vietnamiens, la transition entre les deux pays est fulgurante.

C’est à Hué, ville située au centre du Vietnam que le trajet infernal s’achève. Notre programme est de descendre jusqu’à Saigon en longeant la côte. Nous avons une vingtaine de jours pour visiter le sud du pays avant de passer au Cambodge.

 A Hué nous visitons  l’ancienne cité impériale, quelques bâtiments sont encore debout mais la quasi-totalité des monuments furent détruits pendant la guerre du Vietnam.

………………………………………………..

……………………………………………….

 

Nous avons également apprécié le charme d’ Hoi An, petite ville commerçante située sur la rivière Thu Bon.  Cette ville était autrefois un port important sur la route du commerce de la soie. Elle a gardé toute sa beauté d’antan et le monde entier est au courant, la ville est remplie de touristes !

………………………………………………..

……………………………………………….

Nous partons encore plus au sud à Na Thrang, au départ on pensait rester 4 ou 5 jours, puis finalement on se rend compte que ce n’est pas le genre d’endroit que l’on affectionne. Alors, que va-t-on bien pouvoir faire ? Un moustique mal intentionné décide à notre place !

Après deux grosses poussées de fièvres, nous décidons de nous rendre dans une clinique. Les résultats de la prise de sang sont formels, le médecin annonce que j’ai (Laeti) contracté la dengue. Son explication dans un français approximatif teinté d’un accent vietnamien avait un côté presque comique : « Vous avez dengue, vous bientôt très fatigué, vous avez plaquettes baisser encore beaucoup beaucoup, après vous saigner beaucoup nez, vous saigner beaucoup dents et oreilles».

 Bilan: 3 jours de perfusions à l’hôpital et une dizaine de jours vraiment K.O ! Heureusement les saignements n’ont pas eu lieu. Yohann qui était aux petits soins pour moi a alterné les visites à l’hôpital, les démarches avec l’assurance et a quand même pu profiter un petit peu des grosses vagues qui déferlaient sur la plage.

……………………….

 

………………………

En plus de ça nous étions au Vietnam pendant la fête du Têt qui correspond au nouvel an chinois. Super ! Me direz-vous, encore un nouvel an, le troisième en quelques mois !  Une bonne occasion de faire la fête et de voir des défilés de dragons et des orchestres dans les rues. Oui, sauf qu’à cette occasion, les prix des bus triplent et tous les hôtels et guest houses se retrouvent complets ou hors de prix, car les vietnamiens ont leurs vacances annuelles.

 Les 3 jours suivants ont été un échec total, nous sommes allés à Dalat, présentés comme une petite ville charmante de montagnes. Nous n’y avons rien trouvé de charmant et nous avons payé 4 fois le prix de la chambre, pour cause de Têt. En réalité ce sont les alentours qui valent le détour : visite de serre de roses et de vignes ainsi que des balades dans les environs montagneux. Laeti étant encore affaibli  après son épisode de dengue nous décidons d’aller plutôt se reposer à Mui Ne, port de pêche sur une jolie plage. Nous espérons y trouver un petit bungalow pour être bien pépiche!  Après 8 h de bus, nous arrivons donc à Mui Ne à 17h. S’ensuit 4h de recherches acharnées avec nos gros sacs sur le dos et toujours pas d’hébergement ! Tout est complet, absolument tout ! Seuls les hôtels 4 étoiles ont encore des chambres mais avec un budget de 30 euros par jour pour deux ce n’est pas possible. Bon réfléchissons, deuxième option dormir sur la plage ! Au petit matin il sera plus facile de trouver une chambre surtout que nous sommes en fin de weekend : grandes marées, il n’y a plus de plage, et m…! Bon ok, cet endroit ne veut pas de nous, tant pis ! A 1h du mat nous montons dans un bus de nuit, direction Saigon. Une fois arrivés, à 6h30 du mat à Saigon nous voila reparti à la quête d’un lit !

………………………………………………..

 

……………………………………………..

 Nous restons 4 jours, le temps de profiter de cette ville animée, manger des burgers, et de visiter le musée de la guerre, de prendre conscience de la bêtise humaine, et du véritable gâchis de cette guerre. Le dernier soir nous croisons par hasard deux bretons de l’ile de Groix rencontrés plus tôt au Laos, une bonne occasion pour partager quelques verres. Nous passons au Cambodge plus tôt que prévu en gardant un souvenir mitigé sur le Vietnam.

………………………………………………..

…………………………………………………