A bicyclette! De Kompong Cham à Kratie.

30 mars 2013 at 14 h 19 min

Michèle était à  peine dans l’avion, que nous, nous avions rejoint Cécile et Cyril à  la gare de bus. Ils profitent d’un long week-end grâce à un des 32 jours fériés ! Oui, vous avez bien lu, le Cambodge compte 32 jours fériés et il faut savoir que lorsqu’ils tombent le week-end ils sont décalés au lundi !

Tous les 4 nous priment la direction de Kompong Cham, pour y louer des vélos, l’idée est de parcourir 130 km le long du Mékong pour rejoindre Kratie. Bon, à première vue c’est le genre de région où l’on ne s’attend pas à de la haute gastronomie, à la descente du bus on a le choix entre poussins grillés, cafards frits et mygales gratinées !

……………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………

Au Lazy Mekong, bar-resto et GH, nous trouvons des bicyclettes, les vélos des mecs n’ont pas de vitesses ! Mais bon… Les selles ont l’air pas trop mal. Vers 9 heures, après le petit déjeuner, nous donnons les premiers coups de pédale, il fait déjà un bon 35 degrés, ça promet ! Un tour au marché pour sangler nos sacs, et nous nous retrouvons sur une jolie route bitumée, jalonnée d’arbres nous faisant de l’ombre. Suite à un arrêt pour boire un jus de cannes à sucre bien frais, que l’on surnommera « jus de Bambou » pour se donner  de l’énergie, on tombe sur un tuktuk accidenté dans le fossé. Nos hommes prêtent mains fortes pour essayer de dégager l’engin. Des poules sont accrochées par les pattes à la maudite carriole, toutes coincées elles vivent un sale moment mais de toute façon, elles finiront au BBQ.

………………………………………………………………………………..

 

………………………………………………………………………………………

Un peu plus tard l’asphalte laisse place à une piste poussiéreuse, le soleil est au zénith et nous n’avons plus de zone d’ombre. Crevaison à l’arrière du peloton! Cécile a un pneu à plat  mais par chance 200m plus loin il y a un « garage ». Deux rustines pour 1000 riels soit 25cts! Et nous voilà repartis.

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………………

A la fin de cette première journée nous arrivons dégoulinants de sueur à Khum Trea, cette halte arrive au bon moment car les premiers « j’ai mal au cul » d’une longue série commencent à fuser, c’est que nos montures ne sont pas vraiment faites pour ce genre de parcours. Cette petite ville à l’écart des circuits touristiques, possède tout de même deux guests houses. La première est complète, non sans mal, nous finissons par trouver la deuxième. L’accueil n’est pas très chaleureux et Cécille et Cyrile qui ont des bases de Khmer comprennent lors d’un échange entre les propriétaires l’équivalent de  « c’est des farang, on leur met le prix fort», la négociation se solde par un échec mais il faut bien que l’on dorme et surtout qu’on se lave, nous prenons les chambres pour deux fois leurs prix. La fin d’après-midi se déroule au bord du Mékong, dans une petite gargote, nous sommes les seuls voyageurs à des kilomètres à la ronde et c’est une sensation agréable.

………………………………………………………

………………………..

..

………………………………………………………………………………………

Deuxième jour.

Une sensation agréable n’est pas l’expression idéale pour qualifier notre réveil, en dépit du bon sens, les propriétaires de la guest house libèrent une dizaine de coqs vers 5h du mat afin que ceux-ci puissent délicatement chanter au pied de notre porte, on a pourtant l’habitude du chant des bestiaux mais là  ce n’est vraiment pas supportable, mes premières pensées sont d’en tuer un pour l’exemple et d’utiliser le sang de la bête afin d’écrire des obscénités sur tous les murs de la chambre. Au lieu de ça je devrai me contenter d’un long regard noir en direction de la patronne toujours aussi nonchalante, nos compagnons de route sortent de leurs chambres aussi ravis que nous. La suite de la journée sera superbe, un bac nous emmène sur la rive Est ou alternent villages de confession musulmane et bouddhiste. Il est intéressant de passer de l’un à l’autre car la vie des village et de leurs habitants est bien différent selon la religion. Par contre, s’il y a un truc qui ne change pas, ce sont les « hello » lancés à la pelle par tous les enfants que nous croisons. D’ailleurs en parlant d’enfant on a vu une scène surréaliste ou une gamine jouait avec un couteau collé au visage !

………………………………………………………


..

………………………………………………………………………………………

 Après 80 bornes sur ses petites bicyclettes de ville, le mal de cul devient un sujet récurrent. Le soir nous trouvons une jolie GH et allons prendre un apéro bien mérité les pieds dans le fleuve.

………………………………………………………………………………..

 

………………………………………………………………………………………

Le dernier jour.

Les 30 derniers kilomètres sur nos montures défilent assez vite. Nous arrivons à Kratie en fin de matinée. Pour ce qui est de l’après-midi ce sera repos et fabrication d’un réchaud pour Cécile et Cyril. Nous rentrons tous à Phnom Penh le lendemain et montons cette vidéo avant de nous quitter.

………………………………………………………

………………………..

 ……………………………………