Le trek de Quilotoa

13 juillet 2013 at 19 h 21 min

………………………………………………………….

Première étape à Latacunga, une ville sans grand intérêt à une centaine de kilomètres au sud de Quito. A l’Hôtel on fait connaissance de Mélanie une Suissesse et de trois Allemands, Lars, Martin et Sarah. Marcher à deux c’est bien, mais à 6 c’est encore mieux! Alors le lendemain, on part tous ensemble à la Laguna Quilotoa pour un trek de trois jours. La laguna est en fait un vaste cratère volcanique rempli par un lac. Le premier jour nous faisons le tour du cratère, ce qui, contenue des 3900 mètres d’altitude et de notre faible acclimatation n’est pas aisé. Le jour suivant nous traversons des cultures de lupin, un village et un ravin et après une marche de 5h nous arrivons au village de Chugchilan.  On y fera la rencontre de deux Français, Moira et Alban. Les Allemands s’arrêtent là et vont à Baños.

……………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

Nous autres francophones repartons pour une journée de marche supplémentaire. Cette journée sera  superbe au point de vue des paysages mais plus compliqué niveau orientation! Le gérant de l’auberge Cloud Forest  à Chugchilan (Allez-y, c’est  une bonne adresse !), nous a dessiné une « carte » qui nous doit nous permettre de ne pas nous perdre et de rejoindre le village d’Isinlivi.

On se met en route en descendant dans la Quebrada de Toachi, dans le fond de ce canyon nous débouchons sur un village et commençons à longer la rivière. Jusque-là pas de souci, la suite s’avère un peu plus compliquée.

La carte :

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

Sans surprise « la carte » se révèle un peu légère !

Le pont :

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

Premier détour, on traverse un vieux pont genre vraiment pourri, quelques mètres plus loin on s’enfonce dans les marécages. On repart dans l’autre sens, on passe un autre pont, on monte sur une colline, ce n’est toujours pas le bon chemin, on redescend ! Sur le téléphone on a une trace GPS qui va jusqu’à Isinlivi, on la suit et on découvre trop tard que la personne qui a gentiment partagé son trajet sur le net, a en réalité fait un détour monstre. On arrive en fin de journée au village.

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

Le lendemain après un rapide passage au marché hebdomadaire de la région, on se rend à Baños.

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

………………………………………………………………………………………………………….

..