Cascadas, volcanes y sombreros.

21 juillet 2013 at 19 h 28 min

……………………………………………………………………………..

………………………………………………………………….

Baños est une ville située entre la cordillère et l’Amazonie, au pied du volcan Tungurahua. La ville est connue pour ses bains thermaux. On y retrouve les copains d’Outre-Rhin dans un hôtel. Nous allons faire un tour sur les hauteurs de Baños afin d’avoir une vue dégagée sur le volcan Tungurahua et ses 5018 mètres. Un des volcans les plus actifs du monde qui permet d’observer de belles explosions nocturnes, des fontaines de lave, tout ça, tout ça … Mais comme d’habitude à  notre approche, pas la moindre activité, on doit être des charmeurs de volcan.

……………………………………………………………………………..

………………………………………………………………….

Le lendemain la troupe loue des vélos, pour faire 25 km de descente sur la « ruta de las cascadas ». Le vélo c’est chouette, mais quand ça ne fait que descendre c’est encore mieux! On peut louer des VTT pour 4$ la journée, et un camion vous remonte pour la modique somme de 1,5$ (l’Equateur utilise le dollar comme monnaie depuis une période d’inflation incontrôlable au début des années 2000). Plusieurs cascades ponctuent le trajet, la dernière appelée Paillon Del Diablo  est impressionnante, un aménagement permet de s’approcher à quelques mètres.

……………………………………………………………………………..

………………………………………………………………….

………………………………………………………………….

Le dimanche tout le monde part à  Riobamba, nous nous restons à  Baños, pour profiter du Gromanche c’est-à-dire : ne rien faire, cela tombe bien car il pleut toute la journée. Le soir, on cuisine une tartiflette, ce qui pour nous est un événement considérable !

A notre tour d’aller à Riobamba, à 2h de route. Une grande ville sans intérêt mis à part qu’elle se trouve près du volcan Chimborazo (6268 m). Il peut être considéré comme la plus haute montagne du monde, ce sommet est le point le plus éloigné du centre de la terre (La Terre n’est pas une sphère, elle possède un renflement équatorial d’environ 43 km par rapport à son axe des pôles, à cause de sa rotation, de l’attraction de la lune…). On décide d’aller le voir de plus prés (mais pas trop quand même). Sur les conseils de Martin et Sarah que l’on a retrouvés à l’hôtel, on prend  un bus qui nous dépose au pied du volcan. Malgré le mauvais temps, on monte au refuge d’où partent les ascensions. Ce n’est pas top, on est à plus de 4500 mètres et il y a du brouillard accompagné d’un vent si glacial que nos vêtements givrent. Allez, on continue quand même, ça va surement se dégager. Oui, mais seulement trois secondes, le temps d’apercevoir vite fait le sommet et le glacier.

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………..

………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………..

Nous retournons frigorifiés et sur un constat d’échec à Riobamba. L’Equateur c’est beau, mais le climat est vraiment capricieux. On est sur le point de partir plus au sud quand nous apprenons qu’une crise sismique ébranle le volcan Tungurahua et donc qu’une éruption ne devrait plus tarder. Du coup, on se retape les deux heures de bus pour Baños. A peine arrive-t-on,  que l’on retombe sur ce bon vieux Lars avec qui on passe la soirée. Cette fois-ci, on campe dans le jardin d’une belle auberge construite sur les hauteurs de la ville, avec une belle vue sur le volcan. Encore une fois notre présence calme la montagne. Une semaine plus tard, alors que nous étions bien trop loin pour revenir,  le volcan s’est finalement réveillé…GRRRrrrr !

……………………………………………………………………………..

………………………………………………………………….

………………………………………………………………….

Nous partons pour Cuenca qui est notre dernière étape en Equateur, nous y ferons la connaissance d’Alicia et Aurélien qui font à peu près le même voyage que nous mais dans l’autre sens, une bonne occasion de s’échanger les bons plans, nous pour l’Amérique du sud eux pour l’Asie. Nous restons deux jours, et prenons le temps de flâner dans cette jolie ville coloniale.  Lors d’un petit tour au marché, on s’est laissé tenter par une assiette de cochon grillé, la Mama enfonce ses mains nues à l’intérieur  du porc (jusqu’aux avant-bras), arrache un bout de viande et le jette dans votre assiette! Miam.

…………………………………………………………………

………………………………………………………………….

………………………………………………………………….

Cuenca est aussi la capitale du chapeau Panama, c’est ici, que ce couvre-chef mondialement connu a vu le jour, de nombreuses boutiques permettent de découvrir les techniques de fabrication et de se faire plaisir en s’offrant un vrai Panama à prix réduit ou pas (ici en moyenne 30 $ pour un chapeau mais pour les plus affinées le prix peut grimper jusqu’à 1000$ !).

………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………..

………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………..