Le Salar d’Uyuni et le sud Lipez.

9 novembre 2013 at 22 h 49 min

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………….

Nous débarquons à Uyuni en milieu d’après-midi. A peine sortis du bus, nous croisons des têtes déjà vues sur la route, ils nous indiquent l’hôtel bon marché puis l’agence pas cher pour organiser nos prochains jours. Nous voici tous inscris dans la même agence, Julien, Salomé et Clem un couple de Français, Alex et Goshka un couple Italiano Polonais. On monte tous dans un 4×4 pour un circuit de trois jours.

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

………………………………………………………………………

Jour 1:

Premiers kilomètres sur le désert de sel c’est grand, c’est salé, c’est impressionnant ! Notre chauffeur s’appelle Willfredo (ce n’est pas une blague), il nous dépose sur les pentes du Tunupa, un volcan haut de 5321 mètres situés en bordure du Salar. De là, nous partons avec un petit vieux du coin, visiter une grotte où sont entreposées des momies depuis l’an 1200. Puis nous allons à pied jusqu’au mirador du volcan qui nous offre une vue splendide sur son cratère multicolore mais surtout une vue panoramique sur le Salar! 12000 Km² de sel, ça te calme.

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………….

Mais que fait une mer de sel au milieu du désert ? Le Salar d’Uyuni est ce qui reste d’un immense lac qui, il y a 20000 ans recouvrait une bonne partie de la Bolivie et comprenait alors le lac Titicaca et la Paz. Le climat à change, l’eau a commencé à s’évaporer et petit à petit la concentration en sel a augmenté et il s’est déposé dans les zones les plus basses.

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

………………………………………………………………………

Jour 2:

Quand les Andes ont décidé de t’en mettre plein la vue, elles ne font pas les choses à moitié. On quitte le Salar pour monter à environ 4500 m dans une des régions les plus hostiles de la planète. L’Atacama, le désert le plus sec du monde, battu par des vents glacials et parsemé d’une centaine de volcan. Et par endroits, il y a ces lagunes, d’une beauté incroyable où viennent se nourrir les flamants roses.

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………….

………………………………………………………………………

Jour 3:

On passe par la zone géo-thermale de sol de Mañana, où l’on peut observer des geysers puis nous continuons notre route vers la frontière Chilienne pour déposer Alex, Goshka, Salomé et Clem. Ici plus rien ne pousse, la rudesse du climat et les récurrentes éruptions interdisent presque la présence de vies. On se dit au revoir à la laguna Verde au pied du volcan Lincancabur (5919 m) et on repart avec ce bon vieux Julien à Uyuni.

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

……………………………………………………………………………….

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………….

…………………………………………………………………….