Warning: Use of undefined constant AgmPluginInstaller - assumed 'AgmPluginInstaller' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/23/d431628800/htdocs/wp-content/plugins/wordpress-google-maps/wpmu_dev_maps_plugin.php on line 62

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/23/d431628800/htdocs/wp-content/plugins/wordpress-google-maps/wpmu_dev_maps_plugin.php:62) in /homepages/23/d431628800/htdocs/wp-content/plugins/wp-super-cache/wp-cache-phase2.php on line 1164
Laos Archives - Yohann François

Laos

Les 4000 îles.

……………………….

 

………………………

Pour finir notre passage au Laos, nous sommes allés nous la couler douce tout au sud du pays. Nous avons posé nos bagages à Don Det, île située sur le Mekong et faisant partie des  »4ooo îles ». Pas grand chose à vous raconter,  mis à part l’acquisition d’une cuisine portative pour moins d’un euro! Il suffit d’acheter une canette, une popotte en aluminium, de l’alcool à 90 et d’avoir une après-midi à tuer. La conception du réchaud à alcool est assez facile, elle consiste à découper la cannette en trois parties, d’emboîter le haut et le bas de celle-ci tout en intercalant une bande circulaire qui créera une double paroi, l’espace entre les deux parois devient la chambre à combustion. Lors de la dernière étape, il faut percer de nombreux trous à l’aide d’une aiguille dans la partie supérieure de la chambre à combustion. Un peu de suspens à l’allumage…de belles flammes bleues apparaissent, c’est un succès! Il suffit de 2 cl d’alcool pour faire bouillir un demi littre en quelques minutes.

………………………………………………..

……………………………………………….

Apres une petite semaine sur les rives du fleuve, notre visa se termine et il est grand temps de passer la frontière vietnamienne.

………………………………………………..

……………………………………………….

……………………………………………….

……………………………………………….

Le plateau des Bolovens

………………………………………………..

……………………………………………….

 Pakse est la ville principale du sud du Laos, rien de bien intéressant à faire mis à part manger, on y trouve un délicieux restaurant indien et s’il vous plait : un sandwich au pâté.

Nous louons une moto pour visiter les environs, la première journée nous partons voir les ruines de Champsak au sud de Pakse puis nous roulons vers le plateau des Bolovens. Nous nous arrêtons dans un village ou il y a un « homestay » (chez l’habitant) et dormons chez Mr Vieng, par chance nous sommes les seuls à nous arrêter chez lui ce soir là.

Nous passons la soirée à discuter avec Mr Vieng, il nous raconte tout : son travail dans la plantation de café, son rôle de chef du village, la politique de la région, son projet pour développer le tourisme de son village. En quelques heures nous en apprenons énormément sur les lao. Dans la cuisine on tombe sur des bouteilles de laolao transformés en musée des horreurs, on prie pour qu’il ne nous en propose pas un verre, ce qui serait difficile de refuser. Au final, on y échappe, ouf…

…………………………………………………….

……………………………………………………..

Le lendemain matin après nous avoir préparé un succulent café avec ses meilleurs grains, il nous fait visiter sa plantation ainsi que son village.

………………………………………………..

……………………………………………….

Nous continuons notre route et nous arrêtons à Tadlo, cette fois nous logeons chez Kot et sa femme barcelonaise Laura. Ici le rythme de vie atteint une lenteur inégalée, on passe nos journées entre les hamacs, la rivière où nous passons de bon moments avec les enfants du village et le resto de Mama Pap  qui nous cuisine des énormes plats. Le soir on n’a pas le choix, Kot nous sert la bière à la « Lao style » un seul verre pour tous, et on le boit chacun notre tour. Vous allez finir par le comprendre, les lao ont une sacrée descente. Sachez que si vous êtes partisan du moindre effort et que vous avez un penchant pour la boisson, le Laos est la terre promise!

……………………….

 

………………………

C’est la fête au village, Loïc qui construit sa guest house fête son anniversaire. En fin d’après midi, alors que nous donnons un coup de main pour la corvée de frites, 4 canards qui finiront sur les braises se font égorger juste devant nous. Le sang est recueilli dans des bols et mélangé avec du vinaigre et du soja. A la nuit tombée, l’apéro commence, quelques femmes du village s’afférent à la préparation du repas : déplumages des canards, préparation d’une salade… c’est à ce moment là que l’on comprend, notre sauce de sang est la vinaigrette pour la salade! Un peu plus tard une laotienne tentera de nous la faire gouter en nous certifiant qu’on ne se transformerait pas en vampire 🙂

………………………………………………..

……………………………………………….

Après 4 jours à Tadlo il est temps de continuer notre route, nous traversons le plateau des Bolovens avant de revenir à Pakse, les paysages sont bien moins beaux que lors de notre première boucle en motobike.

……………………………………

……………………………………

La boucle

 Nous faisons un passage éclair à Ventiane, la capitale du Laos. Le temps de laisser un bras à l’ambassade du Vietnam, 70 dollars le visa de 30 jours, on trouve difficilement plus cher en Asie du sud Est! Nous ne prenons pas le temps d’admirer les  prouesses de l’architecture de Ventiane, si il reste quelques demeures coloniales dans le centre historique, ce n’est pas le cas dans le reste de la ville. En effet le parti communiste laotien a eu l’idée absolument géniale de faire appel à des urbanistes soviétiques pour moderniser la ville, le rendu est, vous vous en doutez, du plus bel effet…

……………………….

………………………

Nous descendons à Tha-kaek plus au Sud, là, nous louons un petit scooter à vitesses et nous voilà partis pour une Boucle de 4ookm à l’est de Tha-Kaek. Ce magnifique circuit dans les campagnes laotiennes nous a pris 4 jours.

Jour 1 :

Une fois sortis de la ville, une belle route bordée de rizières asséchées, nous donne une vue imprenable sur les montagnes karstiques se trouvant tout autour de nous. Une petite pause au bord de la rivière, le temps d’échanger quelques mots avec un couple de retraités en camping-car. Ils ont une caravane greffée sur leur 4×4 et parcourent le monde à bord de leur bolide depuis 3 ans, vivement la retraite! Nous croisons aussi 3 suédois et un taïwanais, rapidement un des trois suédois tombe à l’eau tout habillé, un bon fou rire et tout le monde reprend la route à son rythme.

……………………….

 

………………………

………………………

Dans l’après midi, nous arrivons sur un immense lac de barrage, on distingue la forêt immergée par le nombre impressionnant de troncs d’arbres morts dressés dans les eaux boueuses du lac. Nous le contournons sur quelques kilomètres et nous arrêtons pour la nuit à Sabaidee guest house. Là nous passerons une excellente soirée autour du feu avec des laotiens mais aussi les suédois et le taïwanais rencontrés plus tôt. Partie de pétanque et LaoLao (alcool de riz) agrémentent l’ambiance de la soirée.

……………………….

 

………………………

Jour 2 :

Au petit déj, notre hôte nous propose pains et pâtisseries maisons… Monsieur était chef pâtissier dans un grand hôtel français de la capitale. Bien lestés par ce succulent petit déj, nous enfourchons la moto pour le tronçon de route le plus difficile. Attention les fessiers ! Nous faisons plus de 60 km sur une piste rocailleuse et en travaux. Poussières, bosses, trous puis re-bosses et re-trous  à deux sur la moto avec un sac de 10 kg ce n’est pas une mince affaire mais c’est rigolo. Nous traversons tout de même des petits villages poussiéreux avant de retrouver l’asphalte.

………………………………………………………………………………………………

……………….

Nous arrivons à Laksao, une petite ville complètement dépourvue de charme. A peine arrivés on a envie de repartir, la ville est sale, on se retrouve dans une chambre miteuse et les chiens sont pour la plupart difformes (consanguinité assurée), c’est un peu l’angoisse. Seul, son marché vaut le détour, on y trouve du rat à toutes les « sauces » : séchés, dépoilés, vivants, sanglants mais aussi du renard, des crapauds et des mixtures bizarres qui ont un aspect et une odeur pas vraiment  appétissants ! L’unique restaurant sert une soupe infâme. Heureusement nous retrouvons en partie la troupe de la veille et la soirée se passe autour d’une partie de cartes.

……………………….

 

………………………

Jour 3 :

Nous reprenons la route de bonne heure, il fait froid. On traverse une rivière et remarquons d’étranges embarcations, celles-ci sont fabriquées avec des réservoirs de kérosène que les b-52 américains délestaient au dessus du Laos. On oublie souvent que le pays était la cible des bombardements américains lors de la guerre du Vietnam, et il ne s’agissait pas d’opérations sporadiques, le Laos a le triste record d’être le pays le plus bombardé de l’histoire.

………………………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………..

 Les paysages s’ouvrent sur une grande plaine au niveau de Na-Hin où les falaises karstiques réapparaissent de toutes parts. Nous roulons encore 40 km en direction de la Konglor cave. La route est très belle, arrivés à l’entrée de la grotte nous trouvons une embarcation, à bord de la pirogue motorisée nous traversons une grotte de 7km de long. Dans la pénombre à l’aide de nos frontales nous sommes émerveillés par ce tunnel naturel, large comme un terrain de foot et d’une hauteur de plafond d’une bonne centaine de mètres par endroit. A l’autre extrémité nous ressortons toujours sur la même rivière, nous nous arrêtons puis prenons le chemin inverse.

……………………….

 

………………………

Jour 4 :

La route principale nous ramène à Tha-Kaek. Cette escapade nous a tellement plu que nous descendons au sud du pays pour faire de même sur le plateau des Bolovens.

……………………….

………………………

 

Vang Vieng

………………………

Vang Vieng, nous en entendons parler depuis un moment. Niché aux pieds de belles montagnes, le village est devenu au cours des années 2000 un lieu de débauche bien connu des touristes étrangers. L’expérience consiste à descendre la rivière le cul posé sur une chambre à air de tracteur et  à s’arrêter dans une multitude de bars bordant cette dernière. On peut y trouver toutes sortes d’alcools et de drogues ainsi que toutes sortes de tyroliennes et de plongeoirs. Avec un cocktail pareil, il y a forcement de la casse: 26 morts, essentiellement par noyades ou traumatismes crâniens entrainés par un plongeon mal négocié, c’est le bilan à peine croyable des ultimes 18 mois de fêtes à Vang Vieng. Suite à une décision gouvernementale, tous les bars situés sur la rivière ont été démantelés. La fête est finie.

Nous débarquons donc dans une ville, tranquille, délaissée par son habituelle clientèle d’anglo-saxons musclés, et cela se voit sur les visages des commerçants. Car si les Laotiens soucieux des traditions sont heureux de ne plus voir passer des gens en maillot de bains sur la rue principale, les autres constatent amèrement que, outre le fait qu’ils ne peuvent plus se rincer l’œil, les affaires se portent mal.

……………………….

 

………………………

Nous passerons une petite semaine à visiter les environs, c’est un endroit charmant, il y a de nombreuses grottes à explorer. Frontale sur la tête, nous rentrons déterminés dans la première, au bout de quelques mètres il faut ramper : « bon on y va ou pas ? ». On hésite, une chauve-souris nous frôlent la tignasse « heu…tu es sur que tu veux y aller? » et voila que les faisceaux de nos lampes éclairent soudainement une araignée beaucoup trop grande sur la paroi (une vingtaine de centimètres), le débat est clos…On change de programme et nous montons au sommet d’un pic karstique où l’on profite de la vue sur la vallée. Puis, nous avons continué notre marche jusqu’au blue lagon avant de faire demi tour.

……………………….

 

………………………

Plus tard, à l’occasion d’une belle sortie à VTT dans le nord de la région, on visitera d’autres grottes, certaines vraiment profondes d’autres pleines de stalactites creuses, l’on s’essayera aux percussions sur les cailloux : le grottophone…le rendu est plutôt intéressant.

……………………….

………………………….

Nous continuons notre route vers le centre du pays…

……………………

Au fil du Mekong.

Une fois les fêtes de fin d’année passées, il est plus que temps de se diriger vers le Laos. Notre visa thaïlandais expire le 1er Janvier. Il nous a été impossible de nous déplacer le 1er, car l’année 2013 a commencé comme toutes les autres : par une gueule de bois! Sans visa, chaque journée passée sur le territoire nous vaut une amende de 500 bath (12 euros) par jour et par personne. Le 3 janvier nous arrivons sur les rives du Mékong, celui-ci fait office de frontière naturelle.Deux minutes de long-tail boat, nous donnons une photo et une poignée de dollars et nous voila à Hue Xai, au Laos.

…………………

……………….

Hue Xai est une ville sans intérêt, nous choisissons donc d’embarquer sur un des « bateaux lents » qui descendent le court du Mékong et desservent Luang Prabang en deux jours. La grande aventure me direz-vous? Et ben non, certes les paysages sont beaux mais nous sommes plus d’une centaine de voyageurs sur le bateau, parqués comme des saucisses. Une troupe de sud américains anime la descente, un mexicain nous vente déjà le Laos qu’il connait seulement depuis 24h, il a découvert que la bouteille de « whisky » (croyez moi les guillemets sont importants) coute 15 000 Kips (10 000 Kips valent 1 euro), il est heureux car, contrairement à son haleine, son porte-feuille et son teint rougeau se tiennent à merveille…

…………………………

…………………

Il fait bon de se promener à Luang Prabang, grâce à son classement à l’Unesco, la ville a préservé son aspect colonial et ses temples. Ainsi on s’est tranquillement adaptés au rythme du Laos. D’un point de vue culinaire on retrouve plus ou moins la même chose qu’en Thaïlande mais c’est plus cher et moins bon, c’est donc avec plaisir que nous mangeons des sandwichs faits dans de vraies baguettes.

……………………….

 

 

………………………

Nous passons trois jours à Luang Prabang, alors nous avons fait comme tout le monde et nous sommes allés à la cascade de Tat Kuang si (prononcez le comme vous le voulez), bien nous a pris l’endroit est superbe.

……………………….

 

………………………

Toujours désireux de nous écarter du flux de voyageurs. Nous tentons de faire du stop à la sortie de la ville, après trois heures d’attente nous nous avouons vaincus et prenons place à bord d’un minibus en direction de Vang Vieng.

………………………..