Warning: Use of undefined constant AgmPluginInstaller - assumed 'AgmPluginInstaller' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/23/d431628800/htdocs/wp-content/plugins/wordpress-google-maps/wpmu_dev_maps_plugin.php on line 62

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/23/d431628800/htdocs/wp-content/plugins/wordpress-google-maps/wpmu_dev_maps_plugin.php:62) in /homepages/23/d431628800/htdocs/wp-content/plugins/wp-super-cache/wp-cache-phase2.php on line 1164
Chili Archives - Yohann François

Chili

Ultima Estacion, Tierra del Fuego.

 

Pour ce dernier post, on vous emmène en Terre de Feu. Cette ile est séparée du continent par le détroit de Magellan et elle doit son nom aux feux que faisaient les indiens Yagans qui peuplaient l’ile. En effet ils avaient la coutume de vivre nus (choix contestable à ces latitudes) et de seulement utiliser les peaux de bêtes comme couverture. Alors forcément ils passaient leur temps près d’un feu jusqu’à en faire aussi sur leurs pirogues! Malheureusement et comme souvent en Amérique du sud l’histoire se termine mal pour les indiens et les descendants de cette tribu se comptent sur les doigts d’une main.

Nous c’est bien emmitouflés dans nos Gore-tex que l’on traverse à bord d’un ferry le détroit de Magellan et nous avons droit à une surprise de taille, en plus des albatros, des baleines et des dauphins viennent nous souhaiter la bienvenue!

………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………

no images were found

……………………………………………………………………….

no images were found

………………………………………………………………

Le ferry nous débarque vers midi à Porvenir, un village où il ne se passe pas grand-chose et où ne passent pas beaucoup de voiture. Il fallait bien que cela arrive, après six heures d’attentes on le tient notre échec. On traine dans Porvenir jusqu’au moment ou un Chilien nous propose de s’installer dans son jardin pour la nuit.

……………………………………………………………………..

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………

Le matin suivant on a plus de chance, un premier gaucho s’arrête, il nous dépose 100 bornes plus loin devant le portail de son estancia. C’est-à-dire au beau milieu de nulle part mais au moins on est sur le bord de mer et au loin on aperçoit les montagnes enneigées de la cordillère de Darwin… Des dauphins viennent chasser sur le rivage, ca nous occupe une bonne heure le temps qu’un autre véhicule s’arrête.

……………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………

La seule colonie de manchots royaux d’Amérique du sud se trouve à 300 mètres de la piste. Le manchot royal arrive en deuxième position derrière l’empereur en termes de taille et atteint quasiment le mètre. On ne se lasse pas d’observer ces oiseaux qui paraissent si familiers de par leurs postures et leurs comportements.

……………………………………………………………………..

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………

On sort de la réserve vers 15h, on n’y croit pas du tout mais on tente le stop car on aimerait bien aller jusqu’à la frontière argentine et y passer la nuit. Les choses s’accélèrent, on est pris par un couple de Buenos Aires, on passe la frontière avec eux puis une autre voiture nous emmène à Ushuaia, le terminus.

 Cette fois ci on ne fait pas d’entorse à la règle et on laisse au repos le genou douloureux. Mais voilà, à Ushuaia, mis à part marcher ou se payer des excursions en bateau il n’y pas grand-chose à faire. Alors on se fait des potes, on achète de la viande, du vin et on festoie! Ce n’est pas tous les jours que l’on est au bout du monde!

…………………………………………………………………….

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………

On repart d’Ushuaia toujours en stop, direction Montevideo, ce qui ne manque pas de faire sourire les personnes qui s’arrêtent. Ce fut un trajet épique de 5 jours, 3500 kilomètres avec 22 véhicules différents.

Il nous reste trois semaines avant le retour en France, on va tranquillement les passer bien au chaud en Uruguay, une caipirinha dans une main et un mate dans l’autre…

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

Notre voyage touche à sa fin, il y a 18 mois en partant avec notre aller simple pour Katmandou on était loin de s’imaginer venir en Amérique du sud. C’est l’avantage de ces itinéraires au long cours, on se laisse aller à nos envies!

Ce n’est pas facile de choisir les mots pour conclure cette étape de notre vie qu’aura été ce fabuleux voyage. C’est une expérience incroyable, qui nous aura beaucoup appris, sur les autres cultures, sur nous, sur la vie…Et que dire de la randonnée (vous avez dû remarquer que l’on aime bien ça), cela a été le fil conducteur de ce voyage. Nous y avons vu les paysages les plus spectaculaires et  il faut avouer que l’on se sent un rarement aussi libre que lorsque l’on se trouve là haut. On a fait un rapide calcul, sur les 108 jours de trekking, nous avons parcouru environ 1400 kilomètres à pied et dans quels cadres !! L’Himalaya, les volcans indonésiens, les hautes cordillères des pays andins et la Patagonie. On dit que le voyage forme la jeunesse, peut être, mais ça forme surtout les mollets 🙂

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

Nous voulons remercier toutes les personnes formidables que nous avons rencontrées, sous toutes les latitudes et de toutes les nationalités sans qui ce voyage n’aurait pas été le même.

On vous remercie de nous avoir suivis et on espère que vous avez passé du bon temps dans le Voyaginarium.

………………………………………………………………..

Complètement patagonique!

A El Calafate, nous sommes allés voir l’incontournable glacier Perito Morreno, un réseau de passerelles permet de s’approcher du front du glacier qui mesure 5 kilomètres de larges et 80 mètres de hauts : respect!

……………………………………………………………………..

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………

Nous sommes restés 5h et nous avons assistés à plusieurs chutes de séracs.  C’est ce moment où un bloc de glace de plusieurs centaines de tonnes se fissure et s’effondre dans le lac dans un fracas génial (à voir sur la vidéo).

 

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

Torres Del Paine.

4 jours, 65 Km.

Toujours plus au sud on est de retour au Chili, dans le charmant village de Puerto Natales. A la base, on s’était programmé un tour de 8 jours dans le parc Torres Del Paine, entorse du genou oblige, on raccourcit le tout et on se contente des parties planes. L’accès au parc est cher et les chemins très fréquentés a cette période, alors est ce que les Torres en valent la peine? Oui absolument.

……………………………………………………………………..

……………………………………………………………………..

………………………………………………………………………

……………………………………………………………………..

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………

Pour ce dernier trek, on va être bref :

– comme souvent en Patagonie, l’érosion glaciaire a sculpté des belles tours de granite, qui ici dominent de plus de 3 km un parterre de lacs bleu ciel.

– Il y a eu des tornades sur les mêmes lacs bleu ciel.

– On a aussi vu un sérac qui se détache du haut d’une montagne pour terminer sa course 2500 mètres plus bas dans un fracas spectaculaire.

– Du vent, du vent et du vent.

……………………………………………………………………..

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………

Une route bien australe.

………………………………………………………………………

La carretera Australe a été réalisée par le régime militaire chilien à la fin des années 70, dans le but de désenclaver des villages isolés du sud et surtout, pour le pouvoir en place, d’éviter d’avoir à passer par les routes argentines pour rejoindre ces secteurs. Un chantier colossal : de 1240 km de long à travers des vallées glaciaires et des fjords, dans des montagnes aux conditions climatiques dures. Toujours en travaux, la route offre maintenant aux voyageurs une traversée formidable vers le bout du monde, encore une fois la cordillère des Andes nous en a mis plein la vue.

Nous quittons Cochamo en direction d’Hornopirén. Sur la carretera les liaisons de bus entre chaque ville se font environ deux fois par semaine, ce qui explique qu’il y ait beaucoup de monde sur le bord des routes tendant le pouce! Notre technique de stop est infaillible, au lieu de rester plantés à la sortie des villages comme les autres, nous marchons en attendant que les voitures passent! Cette technique a fait ces preuves, quand nous sommes au milieu de rien marchant avec nos gros sacs, les voitures s’arrêtent plus facilement.

Hornopirén est un village spécialisé dans l’élevage de saumons (miam!), et parce qu’en Patagonie l’eau n’a pas la même couleur qu’ailleurs, on découvre un fjord de couleur turquoise. De là, nous prenons le ferry qui permet de rejoindre Chaiten. Sur le ferry les panoramas sont magnifiques  et la  vie est foisonnante.  Des grands oiseaux survolent la mer à la recherche d’une proie pendant que  les phoques et les dauphins semblent aussi apprécier les eaux poissonneuses des fjords chiliens.

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

………………………………………………………………..

Une fois débarqués du bateau, nous sommes à 58 km de Chaiten et il n’y a pas toujours pas de bus! Nous sommes donc une quinzaine de personnes à pied et le peu de voitures présentent avec nous sur le ferry sont pleines, alors on marche. Grâce à notre super technique, 5 km plus loin nous rencontrons des ouvriers de la carretera qui rentrent au village, on est pris.

Chaiten est devenue brutalement célèbre en mai 2008, lorsque le volcan du même nom considéré comme éteint s’est réveillé, engendrant une des éruptions les plus puissantes de ces 20 dernières années…et cela à seulement 8 kilomètres du village! La vie des habitants a changé du tout au tout. Tout d’abord, ils se sont réveillés avec un nuage de cendres de 22 km de haut au-dessus de leurs têtes puis ils ont été évacués d’urgence.  Les habitations elles, ont subi des chutes de cendres puis des coulées de boue dévastatrices. les dépôts de l’éruption ont gagné plusieurs centaines de mètres sur la mer et le port du village à disparu. (images de 2008) 

…………………………………………………………………………………………………..

…………………………………………………………………………………………………….

En 2010 les habitants sont revenus, bien que toujours en cours l’éruption est entrée dans une phase relativement stable et la reconstruction à débuter, pour le meilleur ou pour le pire. C’est donc dans ce village à l’atmosphère étrange mais tout de même accueillante que nous restons 2 jours, de notre coté on s’attelle à un chantier bien moins difficile : la réparation de notre matériel, des chaussures au sac à  dos en passant par la tente, tout a besoins d’être recousu ou collé en prévision du temps bien austral que l’on peut rencontrer plus au sud.

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

En quittant de Chaiten, la chance nous sourie! Nous demandons à une famille qui voyage avec une voiture et un camion chargé de 10 tonnes de patates, s’ils vont vers le sud. Ils nous répondent qu’ils vont à Coyhaique à 450 km! Forcement le vieux camion Mercedes n’est pas très véloce mais là-haut, on a le droit, a une vue panoramique! Estéban s’arrête régulièrement pour faire monter des gens, on se retrouve à 9 allongés sur le chargement de patates. Le soir on campe tous ensemble au bord de la rivière et le lendemain on repart pour une journée de camion.

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………

Coyhaique, c’est la seule ville d’importance sur la route australe, mais rien de bien intéressant à faire mis à part des rivières à truites et la présence d’un su qui ravira le visiteur las de contempler les ennuyantes étales des petites épiceries chiliennes.

On continue plein sud!  On annule un trek de 4 jours près du Cerro Castillo car le temps est devenu tempétueux. Le froid et le vent s’installent pour de bon, c’est le tarif en Patagonie! Parfois on a droit à de la neige, c’est pour dire…les paysages changent la glace devient omniprésente, on s’approche irrémédiablement du bout du monde.

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………

3 jours plus tard, au gré des voitures et des rencontres nous nous retrouvons à Caleta Tortel, c’est un village de pêcheurs où les habitations sont toutes reliées par des passerelles en bois.

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………

Puis finalement nous atteignons le dernier kilomètres de la route à Villa O’Higgins, 500 habitants vivent ici dans une ambiance bien particulière. Cette route fut un voyage dans le voyage, on se souviendra longtemps de la gentillesse et l’hospitalité de ceux qui nous on aider à avancer.  Ici s’arrête la carretera australe mais nous on continue plus au sud!

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………

La traversée des Andes.

 

5 jours, 80 Kilometres, D+ 1500 m, D-  2000 m.

On a donc réussi à décrocher quelques informations sur cette traversée. Elle durerait cinq ou six jours, du paso Léon en Argentine jusqu’à Cochamo sur les rives du Pacifique au Chili. Quelques mots reviennent sans cesse: boue, forêt, humidité et isolement! Bon ça a l’air chouette! On retrouve Anthony à Bariloche pour s’organiser et surtout acheter une semaine de provision.
Un détail qui a son importance : c’est un aller simple. Cette fois ci, il n’est pas question de laisser les affaires inutiles à la marche, on portera tout. Le lendemain, on part donc, menhir sur le dos, jusqu’à une intersection sur la route 40. On parcourt tant bien que mal les 43 km en stop jusqu’à la frontière. Le douanier nous indique un chemin pour descendre près du rio Manso, une rivière couleur menthe. On plante la tente et on se met à pécher. Notre canne attrape sa première truite!

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

1er jour : passage de douane.
On part faire nos tampons de sortie à la douane Argentine, on marche un kilomètre on traverse le rio Manso puis on tamponne du coté Chilien. C’est peut être la douane la plus tranquille du monde, une petite maison au milieu d’un champ ou broutent des chevaux…à l’intérieur un agent souriant visiblement heureux d’avoir quelque chose à faire et des gens avec qui discuter! On continue sur une dizaine de kilomètre, le chemin est pas évident à négocier avec nos menhirs mais on s’en sort. On trouve un petit coin d’herbes pour poser nos tentes.

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

2eme jour : poisson à profusion.

Il pleut de six heures à midi. Les chemins sont détrempés. Alors on décide de ne pas marcher aujourd’hui, on se cale sur une petite pointe rocheuse non loin du campement, il n’y a que nous, les condors et les poissons. Et notre canne pêche a été une vrai pourfendeuse de truite!

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

3eme jour : promenons nous dans les bois.

On quitte avec un petit pincement au cœur le nourricier rio Manso et on monte jusqu’au lac Vidal Gomez. On croise de temps en temps des petites habitations en bois. On longe le lac sur toute sa longueur. Pour l’instant ca va, le chemin est humide mais ça reste raisonnable, ça ne va pas durer. On campe au bord du lac, sur le terrain d’un couple d’une cinquantaine d’années. Ils vivent à 50 km de la première route alors on peut vous dire que ici  ils ne sont pas emmerdés.

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………..

4 eme jour: danse avec la boue.

Dur, dur, une succession de montées et de descentes dans des tranchées boueuses de plusieurs mètres de profondeur, dans les tréfonds de la forêt humide notre progression est lente, il faut enjamber des troncs, traverser des rivières à gué et essayer de ne pas se vautrer! On campe à el Arco, une armée de taons nous attendent sur place, le combat fait rage jusqu’au coucher du soleil. Dommage pour eux, nous sommes devenus experts pour les éclater!

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………..

5eme jours : la vallée des merveilles.

On descend la vallée de Cochamo, ici il y a des sommets de granite qui feraient penser à un petit Yosemite! C’est juste magnifique ! il y a aussi un tobogan en granite qui serait un endroit parfait si l’eau n’était pas si glacée. On n’est plus très loin de la route alors du coup on commence à croiser pas mal de monde. On aimait bien notre isolement alors on passe le camping de la Junta et on s’arrête dans une clairière à 1heure de là.

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………..

6 eme jours : viande!

On marche encore quelques heures, puis on arrive à Cochamo, un petit village sur les bords d’un fjord.

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………..

Les traversées des parcs Huerquehue et Villarrica

Du 19/12/2013 au 23/12/2013.

Deux parcs dans la région des lacs, près de Pucon: 80 km, d+ :3000m, d- :+3100m.

 

……..

1er jour : 18km, D+ : 1100m d- : 400m.

Pour le coup, pas de stop, nous prenons la navette pour aller de Pucon à l’entrée du parc Huerquehue  (4500 pesos soit  8 dollars). Au Chili, même pour marcher par ses propres moyens, ils n’oublient jamais de te faire payer et appliquent un double tarif pour les étrangers ! Nous payons l’accès mais sans inclure le camping, car celui-ci est super cher (20 $ pour la tente) à ce prix là,  il ne faut pas s’étonner si les gens font du camping sauvage.

La première partie monte dans la forêt et permet de rejoindre un ensemble de 3 lacs. En chemin on rencontre notre première arana pollito (araignée poussin), c’est une tarentule bien velue et pas belle à voir, suffisamment grosse pour qu’on la rebaptise araignée poulet. On s’arrête à midi au Lago Verde, l’eau est bonne, c’est un appel au plouf.

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………

Les deux heures qui suivent, nous nous retrouvons dans les montagnes russes, le sentier monte et descend, cela casse un peu les jambes. C’est une foret d’Araucarias, un conifère qui à la particularité d’avoir des feuilles très dures en forme d’écaille. Il parait que certains arbres de cette espèce ont deux milles ans!

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………

En chemin, nous croisons une bonne demi-douzaine de « poulets » et aussi 4 belges complètement perdus (normal, ils sont belges), on leur donne le conseil de suivre les panneaux, ca devrait les aider…Vers 19h30, à la lisière du parc, on décide de faire du camping sauvage pour sauver quelques deniers, sur une cretes avec vue sur le Sollipulli. On profite d’un autre lac à 500 m de là pour se baigner et se recharger en eau.

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

2eme jour : Au pays des gentils. 10 km, d- : 700m.

Après une descente d’une heure où nous trouvons notre premier cadeau, un t-shirt en laine mérinos quasi neuf! Nous arrivons aux bains thermaux, la gérante nous demande 6000 pesos chacun pour profiter de sa piscine d’eau chaude, on fait la moue et aussitôt elle nous laisse aller faire trempette gratuitement! On continue à pied jusqu’à une intersection, ici nous devons faire du stop pour enchainer sur l’autre parc à 100 km de là.

Problème, après 3h d’attente aucune voiture n’est passée sur la piste ! On discute avec des bucherons, ils nous déposent au prochains village on n’a pas attendu pour rien car ils nous offrent des gros sandwichs. S’en suivent quelques kilomètres à pied puis une autre voiture s’arrête. Maria une Mapuche (les Mapuches constituent le principal peuple indigène du sud des Andes), nous avance de quelques bornes et insiste pour nous offrir un jus de fruit frais chez elle avant de nous laisser repartir…sympas les gens !

A Curacarehue la dernière voiture est la bonne, Doug un américain, nous dépose exactement à l’endroit voulu et puis comme c’est la journée des gentils, les bureaux du parc sont fermés donc on ne paye pas l’entrée. Nous passons la soirée avec Doug sur le lieu de bivouac à l’entrée du parc Villarrica.

3eme jour : 12km, D+: 800m

Encore une montée dans la forêt à se faire attaquer par des essaims de taons, puis nous débarquons au bord d’un lac, on avait prévu d’aller plus loin mais la plage du lac est belle et surtout, il n’y a pas un chat! On a encore une fois le parc pour nous tous seuls! Alors on passe le reste de la journée et la nuit sur place.

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

4eme jour : 24km, D+ : 1100m d- : 900m.

Bon, marcher dans les forets millénaires c’est mignon mais on aimerait bien passer à autre chose. Vœux exhaussés ! On passe un col (belle vue sur le volcan Lanin, un gros pépère, le plus haut de la région 3740 m) et on se retrouve en plein désert volcanique ! Il n’y a pas un centimètre carré d’ombres, on brûle, on a soif, c’est la traversé du désert…

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………

A midi on trouve de l’eau fraiche qui descend directement d’un névé, on tend une bâche grâce à nos bâtons pour se protéger du soleil et on y reste un moment le temps que le soleil baisse un peu. On termine cette longue journée à 19h, après avoir contourné la superbe laguna Azul… On plante encore la tente dans un décor incroyable, en face du volcan Villarrica.

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

no images were found

………………………………………………………………………………..

no images were found

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………

5eme jour : 16km, d- : 1100m.

La descente vers Pucon est plus longue que prévu, on finira par se faire prendre en stop par une famille de chiliens.

L’ascension du volcan Lonquimay (2865 m)

Le 16 décembre

On se lève de bonne heure, aujourd’hui c’est un gros morceau! On nous dépose à l’entrée de la station de ski, à 1450 mètres d’altitude. Le sommet du Lonquimay étant à 2865 m il n’y a pas besoin d’être très fort en math pour comprendre que c’est plus long que les 1100 mètres de dénivelé dont on nous a parlé.

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………

 Bon ce n’est pas gagné! En plus le chemin n’est vraiment pas agréable, le premier tiers de l’ascension se fait sous des remontées mécaniques, le deuxième on se taille des marches dans un névé. Le dernier tiers devient totalement pourri, on marche invariablement sur des scories, la trace ne décrit pas de lacets mais monte tout droit dans une pente à 45 degrés sur une arête pas bien large. Heureusement que l’on a des bâtons de marche, sans, c’était impossible. Mais arrivés en haut quelle récompense, la vue est juste dingue !

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………

 Nous sommes les seuls à grimper le volcan aujourd’hui. La visibilité est telle que l’on voit à plus de 150 km! On voit une bonne douzaine de volcan, l’océan Pacifique, la pampa Argentine et…de gros nuages se former! Heu…je crois qu’il faut descendre là…oui et vite. Seulement voilà, la descente de l’arête n’est pas dangereuse mais on ne peut pas accélérer non plus.

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………

L’ambiance devient très électrique, l’orage commence à déposer sa foudre dans tous les sens dont un à deux kilomètres de notre position. La situation n’est pas critique mais on n’a vraiment pas l’impression d’être au bon endroit au bon moment. Alors quand on sort de l’arête on trace, descendre un pente recouverte de scories c’est un peu comme descendre une dune de sable, on est rapidement en bas sans trop se fatiguer. On profite encore une nuit du terrain d’André et de sa cascade puis on part vers Pucon plus au sud. On fera quasiment tout le trajet avec Hugo, un chauffeur qui nous fait monter dans son beau camion!

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

  

L’Ascension du Sollipulli (ou presque) et le parc Conguillo.

Le 13 décembre:

Ce matin en partant de Melipeuco, on ne se doutait pas que se rendre au départ de l’ascension aller être si compliqué : Cinq voitures différentes et beaucoup d’attente pour finalement combler de longues distances à pied. Sur la route quelques bonnes surprises, une vielle coulée de lave du 18e siècle descendue du volcan Llaima et cerise sur le gâteau : des cerisiers à foison.

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

no images were found

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………

Sept heures plus tard et 25 km plus loin nous arrivons donc à l’entrée du parc où l’on s’enregistre. Le garde forestier nous explique où poser la tente et comment aller  au sommet, MAIS, dans ces contrées reculées du Chili l’accent est terrible. Laeti regrettera ses paroles de la veille « mais qu’est-ce que tu racontes, on les comprend bien ces Chiliens! ». Bon, à défaut d’avoir tout compris on aura bien rigolé.

Le 14 décembre:

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

Le lendemain, nous partons vers 6h30, la première partie dans la forêt ne pose pas de problème. Nous prenons de l’altitude, on marche maintenant sur des scories, nous voyons le sommet du Sollipulli (2282 m), des chemins partent à gauche, à droite et tout droit. Ici c’est la fin du printemps et il reste de gros névés, nous les évitons en prenant le chemin du milieu (mauvais choix!). Nous nous retrouvons sur une arête rocheuse, on croit que ça passe mais les rochers ne tiennent pas en place, ils partent dans tous les sens. Dommage, le sommet est droit devant nous à 100 m, mais on ne veut pas prendre de risques et on a la flemme de redescendre pour tenter l’ascension par un autre chemin. Nous nous arrêtons donc là, nous avons tout de même une belle vue sur les volcans Llaima, Sierra Nevada, Lonquimay, ainsi que sur une partie du cratère du Sollipulli et de son glacier.

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………

Comme toujours, la descente dans les scories est rapide et efficace. Et le reste se fait tout aussi facilement. Arrivés à la zone de bivouac, nous retrouvons le garde forestier, maudit accent chilien on comprendra finalement que la veille il nous avait tout expliqué. Morale de l’histoire : plutôt que se moquer on aurait du lui demander de répéter 🙂 Nous démontons la tente et à l’ombre d’un arbre il nous faudra patienter presque 3 heures avant qu’une voiture ne passe et nous dépose à Melipeuco.

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………..

Le 15 décembre:

Après le semi-échec du Sollipulli, on décide de se rendre au Lonquimay, un autre volcan à une cinquantaine de kilomètres au nord. Pour s’y rendre on empreinte la piste qui traverse le parc Conguilo, le stop marche bien, très bien même. Certaines vues du parc sont superbes, les coulées de lave obstruent les rivières et créent des lacs de couleur jade. 70 km et 7 voitures plus tard on rencontre André, un Chilien d’origine française, il nous explique concrètement que notre plan de dormir au pied du volcan est foireux, il n’y a rien la haut et surtout pas d’eau, il nous propose de dormir sur son terrain et de monter en stop de bon matin. On est content c’est gratuit, et en plus André a une cascade de 10 mètres sur son terrain, la classe!

A suivre…

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………………………..