Warning: Use of undefined constant AgmPluginInstaller - assumed 'AgmPluginInstaller' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /homepages/23/d431628800/htdocs/wp-content/plugins/wordpress-google-maps/wpmu_dev_maps_plugin.php on line 62

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/23/d431628800/htdocs/wp-content/plugins/wordpress-google-maps/wpmu_dev_maps_plugin.php:62) in /homepages/23/d431628800/htdocs/wp-content/plugins/wp-super-cache/wp-cache-phase2.php on line 1164
Thailande Archives - Yohann François

Thailande

Ko Lipe, on ne l’a pas loupé.

………………………………………………….

…………………………………………………………………………………

Apres la jungle de Tarutao, changement de décors, nous allons à Ko Lipe. En arrivant, on a un peu peur de retrouver la foule que l’on a su éviter ces dernières semaines. Alors on choisit la plage opposée à la « market street ». Le bateau nous dépose donc à Sunset Beach, notre guest house au nom peu commun de « Porn Resort ». Ici pas grand-chose à vous raconter car on ne fait rien à a part profiter de la plage et des copains. En 4 jours sur l’ile nous aurons quitté notre plage seulement deux petites heures pour faire des courses. On passe nos journées et nos soirées entre la plage et le Boomboom bar, avec Richard et Laetitia venus de Cornouaille, Romain de Paris, Helena de Zurich et Cyril un skipper breton qui navigue sur le Fearless, le voilier de ses amis Australiens qui est ancré juste devant la plage. On alterne entre une bière et un plouf, parfois les deux en même temps. Et l’on regarde les orages passer. Sunset Beach porte bien son nom, les couchés de soleils y sont fabuleux!

……………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………

 

Ça faisait un moment que l’on nous parlait des baignades nocturnes où l’on voit du plancton phosphorescent et bien, cette fois-ci c’est notre tour! A notre contact ils s’illuminent, un soir muni de masques et tubas nous vivons cette baignade magique.
Bon vous l’aurez compris l’endroit est magnifique et on y resterait bien des semaines! Mais nous devons définitivement quitter la Thaïlande pour la Palau Langkawi en Malaisie. Tiens tiens… Cyril et les deux Australiens, Yan et Norma débarquent de leur annexe, ils partent eux aussi à Langkawi le lendemain matin avec leur voilier. Ils nous proposent de les accompagner à bord du Fearless, on accepte volontiers (heu c’est peut-être l’inverse). Le rendez-vous est pris pour le lendemain 8 h. Le voilier est un beau bébé de 38 pieds, les 5h de navigation se passent sans problème, le capitaine et sa femme sont adorables. Ils nous invitent à passer la nuit à bord, avant de rejoindre Georgetown plus au sud. Le bar de Yan s’en souviendra!

…………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………….

………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………..

La jungle de Ko Tarutao

On arrive sur cette ile de 26km de long sur 11km de large dans l’idée de planter la tente. A Ko Tarutao la nature a encore tous les droits. Ici pas de village ou de guesthouse, tout est administré par le parc. Et justement en arrivant au bureau d’information de l’ile les rangers nous informent que l’on peut camper mais qu’il faut faire très attention aux singes (d’autres voyageurs nous avaient prévenus qu’ici les bestiaux pouvaient être de vrai casse c…) mais le mec avec qui on discute est très sérieux il nous dit qu’ils ont causé des gros problèmes dernièrement, ils rodent en bande à la recherche de nourriture et n’hésitent pas à déchirer les tentes. Évidemment nous avons un bon stock de nourriture avec nous alors se faire braquer par une bande de macaques n’est pas envisageable. Notre tente est jeune et inexpérimentée, l’idée de la laisser sans défenses et à la merci des primates nous fend le cœur! Après moult hésitations  et un peu déçu on oublie le camping.  On se paiera donc un bungalow au prix « parc national », pas vraiment dans nos standards.

…………………………………………………………….

………………………………………………………………

Le lendemain on part en rando avec pour objectif une cascade à 11 km de la, les 4 premiers kilomètres se font sur l’unique route de l’ile puis nous bifurquons sur une piste qui débouche sur une autre plage munie elle aussi de quelques bungalows, l’endroit est paisible et très beau mais les singes sont partout, attention de ne pas trop s’en approcher, ils sont prêts à vous sauter dessus toutes griffes dehors. On est loin des singes tranquilles que l’on a pu apercevoir précédemment. Nous continuons notre route en direction d’une troisième plage sur le chemin nous essayons d’être attentif aux bruits de la forêt nous apercevons lézards, souris, oiseaux tropicaux dont le calao (sorte de toucan), insectes multicolores, écureuils, papillons géants et une étrange espèce de furet noir et blanc se déplaçant dans les arbres. La végétation est luxuriante, des arbres culminent à 40m de hauteurs, des lianes étrangleuses semblent étouffer leurs hôtes. Nous arrivons finalement sur la troisieme plage, on s’arrête reprendre des forces dans un petit resto.

…………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………..

………………………………………………………………

Nous nous enfonçons maintenant dans la jungle sur un petit sentier à la recherche de cette cascade indiquée à 3km depuis la dernière plage, le chemin est interminable nous marchons maintenant dans le lit de la rivière, on s’inquiète un peu on est en fin de saison sèche alors bien sûr on ne s’attend pas à des chutes extraordinaires mais on espère quand même pouvoir se baigner! Après une heure et demie à remonter la rivière on y arrive enfin  un joli bassin nous y attend, comme prévu la cascade ne ressemble à rien. Une longue pause et nous entamons le chemin du retour. Grâce à la marée basse nous pouvons faire les derniers kilomètres sur la plage ou nous assistons a une migration de milliers de crabes nains. Juste avant d’arriver nous faisons une brève excursion en territoire ennemi, elles sont là, les sandflies! Hors de question de revivre les démangeaisons provoquées par ces horribles insectes qui avaient duré dix jours, nous entamons un sprint final pour achever ces 22 kilomètres. Nos jours en Thaïlande sont comptés nous nous dirigeons vers notre dernière destination avant de passer en Malaisie: ko lipe

…………………………………………………………….

…………………………………………………………………………………

…………………………………………………………………………………..

……………………………………………………………………………………….

………………………………………………………………

Ko Ngai & Ko Mook.

…………………………………………………………….

Dans le parc national de Ko Lanta nous faisons halte sur deux petites iles splendides!

Ko Ngai est une ile aux eaux cristallines. Les hébergements étant assez chers, nous demandons de planter la tente, pas de souci, nous y passons 3 jours. Et bien sur, snorkelling, snorkelling et re-snorkelling au programme, tout en visitant l’ile.

…………………………………………………………….

………………………………………………………………

Nous approchons de la basse saison, pas un backpackers sur l’ile, juste quelques familles. Notre dernière journée sur l’ile tombe le jour de mon anniversaire (Laeti), nous nous retrouvons seuls sur une petite crique de sable blanc le temps d’un pique-nique et d’une après-midi farniente. Pour la première fois, mon anniversaire s’annonce tranquille: apéro devant le coucher du soleil et diner en amoureux. Mais le destin en a décidé autrement, un groupe de Thaïlandais vient d’arriver, on apprendra plus tard que ce sont des profs en weekend. Puis on les voit décharger du bateau 4 énormes enceintes, on comprend vite que ce soir ça va être la fête sur la plage. Je suis ravie! Un peu plus tard, musique et karaoké résonnent sur toute la plage, on finira par rejoindre la fête où j’irais bien sur danser avec toutes les thaïlandaises pendant que Yohann fera connaissance avec les thaïs autour de plusieurs verres de whisky local. Je passe encore une fois une belle soirée d’anniversaire. Le lendemain c’est non sans mal que nous devons plier bagage pour nous rendre à Koh Mook.

 …………………………………………………………….

…………………………………………………………….

Koh Mook, ile tout aussi charmante que sa voisine se différencie par ses énormes falaises et son village de pêcheurs. Nous arrivons au Koh Mook Garden Ressort tenue par une famille adorable, on ne résiste pas pour un bungalow car les prémices de la mousson sont là et de nouveaux orages sont prévus les prochains jours. A peine installés nous faisons la connaissance d’un petit chiot égaré et très maigre. Il a vite compris que l’on était un bon parti et qu’il pouvait avoir à boire et a mangé, nous l’adoptons pendant 4 jours.

…………………………………………………………….

 

…………………………………………………………………………………….

………………………………………………………………………………………………………………………

………………………………………………………………………………………………………………………..

…………………………………………………………………………………………………………………

………………………………………………………………

Nous partons à la visite de l’ile, nous avions repéré une jolie plage entourée de falaises lors de notre arrivée en bateau. Nous en discutons avec notre hôte qui nous explique que le chemin et facile à travers la jungle. En route! Nous traversons la jungle en tong (pas très malin), nous suivons les indications : plantations de bananiers sur votre gauche puis d’hévéa sur la droite. Mais après le chemin est bien moins visible, ça doit faire un moment que personne n’est passé par là! On hésite à poursuivre mais nous marchons depuis pas mal de temps et on a fait bien plus de la moitié du chemin!  On continue et on finit par arriver sur une petite plage déserte et superbe : Sabai Beach. Le retour à pied ne nous dit rien, nous tentons le bateau-stop! Les longtails boats passent régulièrement, occupés par des pêcheurs ou des touristes venant visiter une grotte non loin de là. Quand un bateau passe on fait des grands signes sur la plage sans succès, nous sommes un peu loin, il ne nous voit pas. Ce n’est pas grave on a toute l’après-midi. Enfin presque, nous n’avons plus d’eau. On trouve une longue tige de bambou et tentons de faire tomber une noix de coco, et bien c’est plus facile à dire qu’à faire, c’est un échec.

 Plus tard, dans l’anse qui entoure notre plage, on voit débarquer 3 mecs sur un petit zodiaque, on comprend vite que ce petit bateau est l’annexe du yacht que l’on voit amarrer au loin. Ni une ni deux, on entame la conversation. Monsieur est belge, s’appelle Gerry et veut bien nous déposer à la prochaine plage où l’on trouvera de l’eau et un chemin praticable!

Nous attendons le temps qu’il prenne 500 photos de la plage et nous embarquons sur l’annexe. Au fur et à mesure que l’on s’approche de son bateau, nos regards se croisent, on prend conscience de la taille réelle du yacht vers lequel on s’approche! C’est du lourd!

……………………………………………………………………………….

………………………………………………………………………….

Une fois à bord, Gerry nous explique qu’il est de la famille qui détient Leffe, Jupiler, Hoegaarden, Brama, Stella Artois…on se dit qu’avec toutes les bières que nous lui avons achetées par le passé, c’est un peu notre bateau à nous aussi 😉

C’est autour d’une Hoegaarden pression bien fraiche que nous faisons connaissance, enfin Gerry aime surtout parler de lui… nous l’écoutons poliment en profitant de ces quelques instants de luxe et de bonnes bières bien fraîches. Au bout d’un moment  il est temps que cela se termine nous n’avons pas envie de nous fâcher avec Gerry (il pourrait nous jeter par dessus bord) mais ces propos de milliardaire commencent à être plus qu’agaçant « car vous comprenez il faut vraiment avoir raté sa vie si à 60 ans vous n’avez pas au minimum 150 000 euros sur un compte mouhahaha…» et bien d’autres, bon ok on n’est pas du même monde. Changement de sujet il est temps de nous déposé. Les 2 moteurs de 1600 chevaux vrombissent… quelques minutes plus tard nous sommes de retour sur la terre ferme, amusés par ce qui vient de nous arriver. Une chose est sur : on va retenter le bateau-stop!

 …………………………………………………………….

…………………………………………………………….

C’est un peu triste que nous quittons la famille et notre petit chien. Nous faisons cap vers le continent pour descendre plus au sud et rejoindre les îles de Ko Tarutao et Ko Lipe.

………………………………………………………………………….

Retour en mer d’Andaman.

………………………………………………………………

Nous allons de Bangkok à Kraby en train de nuit.  Avant de partir à la découverte des iles du sud, on repasse trois jours à Tonsai. La première surprise est bonne par rapport à décembre, il n’y a pas un chat! Seuls subsistent les irréductibles grimpeurs…certains étaient déjà là en décembre, comme quoi, il n’est pas facile de quitter la plage de Tonsai! Deuxième surprise, il fait bien plus chaud que prévu et il n’y a pas d’air. Impossible de dormir en tente sans ventilateur, ce n’est pas grave, les bungalows bons marchés fleurissent en basse saison. Ici on profite du calme pour réparer tout le matériel de rando qui avait souffert au Népal. C’est que, de jour en jour nous nous rapprochons des volcans Indonésiens.

………………………………………………………………

………………………………………………………………

Après 2 heures de vedette rapide nous débarquons sur la fameuse île de Ko Lanta! Tous les rabatteurs sont là et vous sautent dessus pour promouvoir les plus beaux bungalows et la plus belle plage… mais nous le charme, la vue sur mer, on s’en fout un peu car ce que l’on veut c’est le moins cher! Bref on arrive à dénicher un  bungalow pour 300 bath soit 8 euros, derrière la plage de Klong Nin sur la côte ouest de l’île. Le matin nous profitons de la pleine mer pour aller faire du snorkeling  ici pas de coraux mais pas mal de poissons…

………………………………………………………

………………………………………………………

Nous louons également un scooter pour faire le tour de l’île  A la pointe sud de l’île se trouve la limite du parc national protégé qui comprend tout un archipel d’île préservé (entre nous, on a connu mieux en matière de protection de l’environnement), nous avons prévu d’aller prochainement sur deux petites îles plus au sud,  faisant partie de ce parc national. Nous nous baladons dans la vieille ville à l’est et apercevons sur la route les plantations d’hévéas et au nord de l’île toute une zone envahie par les mangroves. Des panneaux d’évacuations en cas de tsunami nous rappellent que la région a payé un lourd tribut en 2004. Le séisme trop éloigné ne s’étant pas fait ressentir, une vague de 3 à 10 mètres a subitement déferlé sur la cote d’Andaman emportant près de 6000 personnes.

………………………………………………………

………………………………………………………

Nous nous décidons finalement à préparer les posts sur le Cambodge! Car c’est quand même du boulot. Un soir, ça frappe à la porte, c’est notre voisine qui a une grosse araignée dans sa salle de bain. Munis d’une chaussure nous partons voir la bête, elle n’est pas jolie, mais après toutes celles qu’on a vues, on peut s’en occuper. Je prends mon courage à deux mains (Laeti) et m’approche pour l’écraser. Elle s’échappe à ma première tentative puis se met en fuite, ces sales bêtes vont très très vite, des cris fusent, nous ne sommes pas sereins. Soudain elle essaye de s’échapper, me passe entre les jambes et une course-poursuite commence dans la chambre je finis par la réduire en bouillie… Ouf! Deux jours après la voisine part se coucher et c’est reparti. Elle sort de son bungalow complètement décomposée, et nous annonce qu’il y en a une autre qui squatte ses toilettes mais ce coup-ci elle est trois fois plus grosse!  Toujours munie  de mon arme: ma chaussure, nous allons voir l’animale et là c’est carrément en dehors de mes compétences, elle est vraiment énorme. Un Thaï arrive donc à la rescousse pour libérer les toilettes de la voisine.

……………………………………………………………..

………………………………………………………………

Pas vraiment rassurés, nous repartons tous sous nos moustiquaires en espérant ne plus en voir d’autre. Mais pas de chance, le dernier jour,  c’est notre salle de bain qu’elles affectionnent particulièrement. En repartant de l’ile on tombe par hasard sur J-B et Sophie, que l’on avait rencontré lors de vacances en Espagne avec des amis. Cela fait à peine 5 minutes que l’on discute, que notre bateau est déjà en train de partir!

………………………………………………………

………………………………………………………………

Dans le prochain post  on vous emmènera sur les magnifiques îles de Trang à la découverte des fonds marins.

………………………………………………………………

D’une capitale à une autre.

Phnom Penh.

Un petit point d’histoire:

« Les Khmers rouges ont pris le pouvoir au terme de plusieurs années de guerre civile. Entre 1975 et 1979, période durant laquelle ils dirigèrent le Cambodge, leur organisation à mis en place une dictature d’une extrême violence chargée, dans un cadre autarcique, de créer une société communiste sans classes, purgée de l’influence capitaliste et coloniale occidentale ainsi que de la religion. Le régime khmer rouge dirigé par Pol-Pot a causé la mort de plusieurs centaines de milliers de Cambodgiens, selon les estimations minimales.  Le Programme d’Étude sur le génocide cambodgien de l’université Yale évalue le nombre de victimes à environ 1,7 million, soit plus de 20 % de la population de l’époque. Chassés du pouvoir au début de 1979 par l’invasion vietnamienne du Cambodge, les Khmers rouges mènent ensuite une nouvelle guérilla, jusqu’à leur disparition à la fin des années 1990. »

A la fin des années 70, au plus fort de la révolution des Khmers Rouge, la ville a été vidée de ses habitants pour ne compter plus que 50000 personnes. Aujourd’hui, lorsque que l’on parcourt cette ville de 2 millions d’habitants les horreurs sont cantonnées aux musées, et il est très difficile d’imaginer ses gens si calmes et souriants se livrer à de telles horreursLe réseau de bus cambodgien étant centralisé sur la capitale, on sera passé en tout 5 fois à Phnom Penh que l’on commence à bien connaître. Une fois n’est pas coutume on aura visité musées,  pagodes, palais et marchés!

………………………………………………………

………………………………………………………………

 

 ……………………………………………………………….

Bangkok.

Une info pratique pour les voyageurs: nous quittons le Cambodge par avion, ainsi nous arrivons en Thaïlande avec un mois de visas. Car les frontières terrestres délivrent seulement un visa de 15 jours.

………………………………………………………..

……………………………………………………………

Nous sommes donc de retour dans  la capitale Thaïlandaise, et quelle ville! Entre les rues étroites de Chinatown, les immenses centres commerciaux du quartier de Siam, le quartier chaud de Sukumvit, les bars de Kao San Road, les charmants canaux qui sillonnent la ville et les multiples quartiers des affaires. Bangkok est à l’image de la Thaïlande: très contrastée. Bangkok est aussi un paradis culinaire, il faudrait y vivre des années pour tout goûter!

Ça y est, nous avons terminé cette boucle en Asie du Sud Est, maintenant nous mettons le cap au sud, nous allons voyager d’île en île sur la mer d’Andaman et on peut déjà vous dire qu’on en a pris plein les yeux!

………………………………………………………

……………………………………………………………

Pai

……………………………

A peine descendu du pick-up qui nous a déposé à Pai,  John, un canadien plein d’entrain nous interpelle. Il nous propose de le suivre chez Kuan, elle tient quelques bungalows en bambou à seulement 10 min du centre ville, sur un terrain poussiéreux. On est vraiment bien chez notre hôtesse, elle nous offre le petit déjeuner  et nous fait beaucoup rire!

 

…………………………………………..

 Cette petite bourgade est aussi bien fréquentée par les touristes étrangers que par les touristes thaïlandais. Tout ce petit monde se retrouve le soir autour des stands de bouffes et dans les bars où les concerts abondent. On loue un scooter pour visiter la vallée et explorer les cascades, le canyon  ainsi que les sources chaudes, certaines sont tellement chaudes que les habitants y cuisent des œufs.

 

 

……………………………………..

Enfin bon, on ne va pas vous mentir, nous avons bien sur profité de la nature, Mais à Pai on a surtout fait la fête! Normal, on s’y trouvait les semaines de Noel et du nouvel an. Pour la nouvelle année, les thaïlandais ne font pas les choses à moitie, les feux d’artifices et les lâchers de lanternes commencent une semaine avant et se terminent en apothéose le soir du réveillon. Vers minuit, ce sont des dizaines de milliers de lanternes qui sont lâchées, c’est à se demander si l’on ne voyait pas double.

……………………………

Finalement nous sommes restés 15 jours à Pai. Et c’est comme ça pour beaucoup de voyageurs, nous avons rencontré pas mal de gens qui nous ont dit « je suis venu ici pour 3 jours et maintenant ça fait trois semaines ! », la légende dit que certains ne repartent jamais…. 🙂

Bonne année à tous!

 

…………….

…………………………………………….

Chiang Dao

.

Le stop ça roule ! Depuis Mae Salong on aura embarqué avec une dizaine de conducteurs, du douanier à l’infirmière en passant par le banquier et s’il vous plait : le Père Noël.

Le seul désagrément du stop arrive parfois lorsque nous voyageons avec une personne qui ne parle pas du tout anglais, on échange quelques sourires puis notre conducteur monte le son de sa radio à fond. Prenez la pire chanson à l’eau de rose des années 80, ajoutez des solos de guitares imbuvables et vous aurez une idée de comment un trajet sur une belle route de montagne vous plonge en plein cœur d’un véritable désastre musical.

Passer ce léger désagrément, cela nous a permis de faire de belles rencontres et de découvrir la gentillesse des thaïlandais alors on en redemande…

A Chiang Dao on dort chez Pairote, il vient de prendre sa retraite et a quitté Bangkok pour construire de belles huttes. Sa guest house est un petit peu isolée pour le repas du soir, il n’a pas de restaurant mais nous propose de nous emmener faire des courses au village pour qu’on puisse utiliser sa cuisine, sa proposition nous enchante! En plus, cette petite virée avec Pairote est un régal ce type est adorable. Une fois les légumes, les nouilles et le poulet achetés nous nous expérimentons à la cuisine thaïlandaise, vous allez vous dire « super, ils ont cuit des pâtes, ils sont contents. » ben oui, après presque trois mois sans toucher à une casserole, cuisiner nous a fait vraiment plaisir.

 

…………………………………..

………………………………………….

Chiang Dao se situe au pied de la plus haute montagne calcaire du pays, elle est parcourue par un réseau de grottes. A l’entrée de celles-ci nous découvrons les vestiges d’un temple en ruine. L’après midi c’est reparti pour le stop, après avoir fait notre petite pancarte avec notre destination écrite en thaï. Nous voilà en direction de Pai où nous comptons rester quelques jours…

 

………………………..

…………………………..

Le Nord.

12h  de bus pour Bangkok puis 14h de train et nous arrivons à Chiang Mai, deuxième ville du pays. On s’installe dans une guest house située dans la « vieille ville », enfin pas si vieille que ça car on n’y trouve aucun bâtiment ancien, mis à part les temples. Les thaïlandais ne s’embêtent pas à entretenir ou à rénover les habitations sur le long terme : ils reconstruisent. Le tout manque de charme. On reste quand même quelques jours à Chiang Mai le temps de fêter mon anniversaire, de flâner au marché et de visiter le zoo, on y verra un coït de tortues mémorable!

 

 

 

Plus au nord, on traverse rapidement Chiang Rai où l’on visite pour une fois un temple original : le White Temple. Toujours en construction, il propose une fresque hallucinante de détails. A l’intérieur du temple, un mur représente l’enfer avec bien entendu des méchants dragons mais pas que, des personnages historiques récents tel que Bush et Ben Laden, on retrouve aussi des personnages malfaisants de bandes dessinées et au milieu de tous ces damnés l’image de Zidane donnant son coup de boule, dur dur! Les murs latéraux représentent pleins de gentils thaïlandais sur des bateaux quittant les flammes de l’enfer pour rejoindre Bouddha situé au fond de la salle. Pas de photos, elles sont interdites à l’intérieur car l’œuvre est inachevée.

 

L’expiration de nos visas nous oblige à faire un choix : soit on part directement au Laos, soit on fait un aller retour à la frontière birmane afin d’avoir  15 jours de plus en Thaïlande pour visiter la région montagneuse du triangle d’or. On choisi la deuxième solution.

 

Tôt le matin nous nous rendons au poste frontière de Mae Sai, 3 tampons et dix minutes plus tard nous sommes de nouveau sur la route direction Mae Salong, un petit village de montagne.

 Il nous aura fallu un mois pour trouver de l’authenticité en Thaïlande, on ne dit pas que le séjour dans le sud a été désagréable, loin de là ! Des plages magnifiques, des bungalows confortables, on a rencontrés beaucoup d’autres voyageurs avec lesquels on a bien rigolé  Mais tout cela manque cruellement de surprises et les seuls Thaïlandais que l’on rencontre sont ceux qui nous servent à manger ou ceux qui nous donnent les clés de notre chambre. Marcher au Népal permettait une véritable immersion, c’était vraiment le voyage, ici c’est vraiment les vacances.

Il y a une solution simple et pas chère pour remédier à tout ça et en plus elle a déjà fait ses preuves par le passé: le stop!

Aller on ne résiste pas, une petite vidéo coquine, n’oubliez pas de mettre le son !

Tonsai

Sur les conseils de Mathieu et Charlotte nous sommes allés sur la péninsule de Railay, toute proche de la ville de Krabi, spot de grimpe mondialement connue, on comprend vite pourquoi…

 Après 40 minutes de bateau, on débarque sur une plage entourée d’incroyables falaises calcaires. On s’enfonce dans la jungle et on trouve un bungalow où nous passerons une petite semaine. Très vite on tombe par hasard sur Guillaume et Sarah qu’on avait rencontrés sur le tour des Annapurnas. Avec eux et nos voisin Céline et Matthias nous allons faire une matinée d’escalade.

 Le lendemain nous louons un canoë pour faire le tour des îles situées en face de Tonsai, on se jette à l’eau avec nos masques, rien d’exceptionnel dans les fonds marins, ici le spectacle est hors de l’eau.

 

 Citons au passage la grotte de la princesses , un sanctuaire pour les pêcheurs locaux. Ceci honorent l’esprit de la princesse en déposant des phallus sculptés en bois, espérant en retour une bonne pêche.

Les jours passent vite et nous devons déjà faire nos sacs, nous repartons en long tail boat ( vous comprendrez « bateau longue queue »…mais rien a voir avec les phallus.) pour Krabi. Les copains avaient raisons l’endroit est superbe, nous repasserons à coup sur par Tonsai lors de notre deuxième passage en Thaïlande au printemps.

Notre visa arrive bientôt à expiration, nous partons pour le nord du pays.

Le Golfe de Thaïlande.

Nous voilà en Thaïlande, arrivé à Bangkok cela nous fait un sacré changement, des buildings, un métro, des autoroutes, de gigantesques centres commerciaux…bref tout ce que le Népal ne peut s’offrir. Cependant on ne traîne pas dans la capitale étouffante, car on à qu’une idée en tête après deux mois passés dans les montagnes: aller à la plage!

Direction le golfe de Thaïlande, après une nuit de train et deux heures de bateau nous arrivons à Koh-Tao, petite île réputée pour ses spots de plongée et de snorkeling (masque et tuba).

Première journée : un temps superbe, on s’installe dans un bungalow au bord de la mer, l’après midi on s’amuse à découvrir le monde sous marin, on voit une grosse tortue et de petite raie. On s’interroge sur le prochain récif à visiter…

Et là ça se gatte, la vent se lève et la mousson s’invite. Notre passage à Koh Tao se résumera à 7 jours de pluie non-stop, on arrivera quand même a profiter d’une accalmie pour faire un petit tour de canoé, mais on fera le retour sous des trombes d’eau! On se consolera avec Hervé et Théa autour de quelques verres.

On tente notre chance sur l’île de Koh Phangan, un peut plus au sud. Le ciel est enfin clément et nous passons trois jours a profiter de la plage et de ses soirées très animées.