Le tour des Annapurnas: partie 2

18 octobre 2012 at 9 h 30 min

Nous quittons Manang sans nos compagnons de route partis à l’Ice Lake et entamons l’ascension du col Thorung La (5416m). Lors de ces 3 jours, les étapes sont plus courtes mais plus fatigantes dû au dénivelé et à l’altitude (par chance nous ne ressentons pas ses désagréments à part un léger mal de tête).

Une première nuit à Ledar puis nous arrivons au high camp à 4800m, nous nous retrouvons sous des averses de neige et de grésille, dans la seule et unique lodge à cette altitude, l’ambiance est chaleureuse, tout le monde est impatient de passer le col et les discutions vont bon train.

 

Le lendemain départ à 5h, la brume laisse doucement place à un ciel étoilé, les jambes se font lourdes au fur et à mesure de notre progression. Le souffle court nous assistons à l’arrivée des premiers rayons du soleil sur le Thorung Peak. Mais celui-ci se trouvant à une distance respectable et le col se trouvant à son pied, on en déduit qu’il nous reste une bonne trotte avant de le franchir.

Une heure plus tard nous arrivons au Thorung la ! Le devoir accompli, nous entamons la descente vers Muktinath, l’air se fait plus dense et le pas plus rapide. Les paysages changent totalement, la vue s’ouvre sur les régions désertiques du Mustang et du Dolpo, privées des pluies de mousson par la chaine des Annapurnas.

 Le lendemain nous partons pour Jomsom, après quelques heures de descente nous arrivons dans la vallée de la Kali Gandaki. D’un coté se dresse le Nilgiri (7061m) et de l’autre le Dhaulagiri (8167m). Le lit de la rivière s’étale sur plus d’un kilomètre, au premier abord on trouve cela charmant, sauf que dès midi des vents violents remontent la vallée soulevant de véritable tempête de sable ! Il faut se couvrir intégralement le visage pour avancer.

 Après deux heures de galère, nous arrivons à Jomsom, nous y mangeons mais l’aspect de la ville nous déplaît, nous continuons alors notre chemin jusque la ravissante Marpha. Surement un des plus beau village que nous aurons traversés avec son temple et ses maisons typiques, blanches aux fenêtres bordeaux, le long de sa longue et étroite rue piétonnière, les boutiques de souvenirs tibétains se succèdent, rempli d’étoffes, de foulards et de bijoux…Le soir nous dégustons un brandy (spécialité de la région), au petit matin nous voilà de nouveaux sur les chemins.

Nous descendons tranquillement la vallée en s’octroyant un jour de pause à Kokhetanti, car les courbatures ont refait surface et de plus, ce petit village d’une quinzaine d’habitations se trouve face à un cirque magnifique. De la terrasse du lodge, nous avons une vue imprenable sur le Tukuche Peak et une partie du glacier Est du Dhaulagiri, puisqu’on a le temps, pourquoi se priver. Trois jours plus tard, nous voilà à Totepani, à deux jours de la fin.

Une dernière difficulté reste à franchir : nous devons remonter 2000 m de dénivelé afin de rejoindre Ghorepani qui offre un point de vue sur l’Himalaya. L’ambiance change radicalement, en effet ce village se trouve à deux jours de marche de Pokhara, en pleine saison les touristes se font légions.Nous décidons de partir avant l’aube à Poon Hill pour y voir le levée de soleil, c’est un point de vue splendide, sur l’Annapurna, le Daulaghiri, le Machapucharé … petit bémol, nous ne sommes pas les seuls à vouloir apercevoir les premiers rayons du soleil éclairer certaines des plus hautes cimes du monde. Perchés à 3200m ce n’est pas moins de 400 touristes qui se retrouvent agglutinés. Nous ne trainons pas… une longue descente de six heures jusqu’a Nayapul achève le tour des Annapurnas.

 Nous sommes de retour à Pokhara et prenons une semaine de repos avant d’entamer un trek d’environs 25 jours dans la région de l’Everest, et oui tout cela n’était qu’un vaste entrainement !

Le Piton des Neiges (3071 m)

30 septembre 2010 at 13 h 25 min

Le Piton des Neiges est le point culminant de l’île de la Réunion,  à 3070 m. Massif volcanique aujourd’hui partiellement érodé. Il est composé de 3 cirques résultants de l’effet du régime pluviométrique fort et de la friabilité des roches. La dernière éruption du Piton des Neiges est datée de 12000 ans.

Deux itinéraires possibles:


Depuis Cilaos:

Départ: 1380 m,  Dénivelé:  1800 m, Distance: 8km/Aller

Accès: Après avoir traversé le village de Cilaos, se rendre au lieu dit du Bloc.

Entre le Bloc et la caverne Dufour, l’ascension du rempart (1200 mètres de dénivelé) se fait sur un sentier fait de marche. Note: il existe un point d’eau à mi-chemin. Une fois en haut du rempart, 5 minutes de marche suffisent pour se rendre au refuge de la Caverne Dufour (2478 m) certains y passerons la nuit pour aller voir le levé de soleil du haut du Piton des Neiges. Possibilité de bivouaqué près du refuge.

Les derniers 600 m d’ascensions se font aux travers  de roches volcaniques. le chemin est balisé de peinture blanche en cas de brouillard ( ils sont fréquents aux sommet).

Depuis La Plaine des Caffres:

Départ: 1600 m, Dénivelé:  1650 m, Distance: 15,5 km/Aller

accès: Entre Bourg Murat et le Col de Bellevue, une petite route bétonné qui part sur la gauche (au panneau « Piton des Neiges »). Un petit parking se situe au bout de la routes.

Si vous êtes un amateur de boue, de cailloux glissants comme des savonnettes, de brouillards ou alors si vous avez peu de respect pour vos chaussures…ce sentier est fait pour vous!!

Plus sérieusement, la pluviométrie sur cette zone est supérieur à 8000 mm par ans (7 fois la moyenne annuelle d’une ville bretonne). Entre les plaines et le gite de la Caverne Dufour, le sentier est une succession de flaque d’eau et de boue qu’il sera difficile d’éviter, il faut donc prévoir son coup (une autre paire de chaussure) si vous comptez dormir au refuge est monter au sommet au petit matin, car les pieds humides et le froid ne font pas bon ménage…Quand à l’itinéraire, le Gr passe d’abord entre le Piton Lapervanche et le Piton Tortue, puis après 6km de marche, l’on descend un rempart de 100m et la végétation devient plus luxuriante, c’est l’immense forêt de Bébour. Il reste alors 6km de marche à travers la foret puis le coteau des Kerveguen pour rejoindre le refuge.


La Brèche de Roland (2804 m)

29 septembre 2010 at 10 h 02 min

 

Située au cœur du joyaux des Pyrénnées, sur le rempart du cirque de Gavarnie, cette Brèche de 40m de large pour 100 de haut est impressionnantes. Elle est un passage obligé pour les marcheur qui se rende au Taillon ou au Casque.

 

gavarnie-breche-roland (10)

Sommet: 2804 m
Départ: 2214 m
Dénivelé: 650 m
distances: 10 km A/R
difficultés techniques: aucune

Accès: A Gavarnie prendre la direction de la Station Gavarnie-Gèdre, puis se garer au Col des Tentes (2212 m).

Marcher sur la piste jusqu’au col de Boucharo. Arriver à ce dernier, prendre  à droite, le sentier passe sous le Taillon puis monte dans un cours d’eau (main courantes). Le replat est le signe que le marcheur approche du refuge des Sarradets. Il est alors temps de faire une petite pose devant ce cirque majestueux…Ensuite, le sentier continu au dessus du refuge et l’on rejoint la brèche en passant sur un gros névé. Le site est très fréquenté en saison et la qualité la trace permet de monter sans équipement.

Ce jour la, nous comptions monter au Casque (3006 m) avant que la météo instable nous oblige a rebrousser chemin.